Risque viral d’une lutte de classes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Et pourtant il faut vivre ou survivre, sans poème, sans blesser ceux qu’on aime, être heureux, malheureux, vivre seul ou même à deux.» Les nostalgiques auront reconnu. Petit bijou majeur en sol mineur sur l’album «Vendeurs de larmes» en 1982. Et si dans ma tête résonne la chanson de Balavoine, dans mon cœur, ça bat le blé aussi. Comme une petite odeur récurrente d’argent et d’inégalité entre ceux qui bossent, ceux qui doivent bosser, ceux qui aimeraient bosser et ceux qui ne le peuvent pas.

J’imagine mon père s’il avait encore sa petite entreprise d’artiste bitumier. Devrait-il, au nom de la sécurité routière, continuer à se lever sur les coups de 5 heures du mat’ pour aller tracer des lignes et éviter des accidents? Et scruter le ciel pour espérer qu’il ne pleuve pas. Ou le petit indépendant qu’il était serait-il condamné à fermer boutique, à mettre ses deux employés au chômage technique, à espérer que la manne fédérale et cantonale des crédits relais tombe au plus vite?


Lire aussi: «C’est absurde. Je ne veux pas ramener la mort chez moi»


Sur la route, j’y étais encore hier. À l’entrée d’un village, un panneau désormais anachronique demandait aux automobilistes traversant la localité de s’arrêter dans les commerces. Ils ont pourtant bel et bien tous portes closes. Alors que certains petits patrons rêveraient de les maintenir ouvertes. Par contre, l’ouvrier d’usine, l’employé de supermarché, le travailleur social, a-t-il vraiment envie d’aller travailler? Et pourtant, il y est bel et bien parfois contraint contre sa volonté.

Dans ces semaines qui s’annoncent, il y a le risque d’une société à deux vitesses. Avec ceux qui pourront résister au choc, aussi bien physiquement que financièrement. Et ceux qui ne le pourront pas, parce qu’ils n’auront pas eu les moyens de faire autrement que de servir les autres ou de mettre la clé sous le paillasson.

«Dans ces semaines qui s’annoncent, il y a le risque d’une société à deux vitesses»

Il va donc falloir vite affiner l’état de nécessité. La mise en place annoncée des mesures d’urgence pour l’économie de proximité est indispensable. Mais il faut aussi ne laisser au front que ceux qui le doivent vraiment. En les entourant de toutes les mesures de protection. Parce qu’ils sont aussi des héros quotidiens. #stayathomesafely tweete-t-on dans les chaumières. Encore faut-il le pouvoir.

Créé: 19.03.2020, 06h43

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

«C’est absurde. Je ne veux pas ramener la mort chez moi»

Coronavirus Alors que tout le monde appelle à rester à la maison, certains n’ont pas eu d’autre choix que d’aller travailler. Plus...

Le coronavirus frappe durement les plus démunis

États-Unis Les familles sans assurance maladie et tributaires de l’école pour nourrir et soigner leurs enfants vivent un calvaire. Reportage. Plus...

Le gouvernement vaudois ajuste le tir

Coronavirus Le nouveau texte du Canton gomme les redites avec le texte fédéral, qui a été rendu public lundi en fin de journée. Plus...

Chèque cantonal de 150 millions

Coronavirus Le Conseil d'Etat vaudoise a annoncé de nouvelles mesures mercredi. Les activités économiques non essentielles sont visées. Plus...

Des SDF dormiront au Gymnase du Bugnon

Lausanne Face à l'urgence sanitaire, Lausanne et le Canton ouvrent un lieu d'accueil de nuit supplémentaire pour les sans-abri dans une salle de gym. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.