Rossellat, pas de repos pour le brave

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a beaucoup de chez nous dans Daniel Rossellat. Quand il reçoit, samedi, les insignes d’officier de l’ordre des Arts et des Lettres de la République française, il dit de sa voix toujours douce qui sonne comme s’il la voulait naïve: «Vos mots me mettent mal à l’aise. Je n’ai jamais recherché les honneurs mais je ne suis pas assez modeste pour ne pas en être très fier. On dit que les Vaudois sont fiers d’être modestes… La reconnaissance ne peut pas être un but. Mais c’est une heureuse récompense.» Dans son discours, la présidente du Conseil d’État saluait comme il se doit le parcours: «Tu as fait et fais encore non seulement pour le rayonnement de l’art et de la culture, mais aussi pour celui de ta ville, de ta région et de ton canton.»


A lire: «Je souhaite aller jusqu’au 50e Paléo»


Puis l’homme fort a laissé Bigflo & Oli mettre le feu à l’Asse et Feu! Chatterton brûler vénéneusement les Arches. Le «Vert» est toujours à carreaux et s’y tient l’essentiel du temps. Cultivant une certaine discrétion qu’un Claude Nobs et son harmonica, par exemple, affectionnaient moins. Les coulisses toujours; la scène, plutôt et surtout quand c’est nécessaire.

«Les coulisses toujours; la scène, plutôt et surtout quand c’est nécessaire»

Dans son fief communal, c’est un peu la même chose. Lorsque, il y a un mois, il coupe le ruban du siège romand remis à neuf d’un grand assureur (450 emplois pérennes à la clé et 50 millions d’investissements) par ailleurs aussi sponsor très visible du festival, il assure ou fait croire en tout cas qu’il n’y est pas pour grand-chose. Coulisses encore. Daniel Rossellat, pour autant qu’il se dépare parfois de son look de hipster des champs, aurait d’ailleurs parfaitement pu devenir ministre cantonal. Il a préféré rester empereur autoproclamé de son Paléo et grand manitou démocratiquement élu de sa belle ville de Nyon. Pour le bonheur des siens.

Daniel Rossellat le dit dans nos colonnes: il a beau avoir l’âge de toucher une pension, il préférera poursuivre ses passions. C’est bien, c’est beau, c’est nécessaire, c’est quelque part incontournable. Même si l’on juge aussi les grands hommes sur leur faculté à s’assurer que l’héritage sera bien assumé. Mais il reste encore bien du temps pour cela.

Créé: 22.07.2018, 19h40

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

Un 43e Paléo tout jeune, tout rap

Bilan D’OrelSan à Bigflo & Oli, l’air du temps s’est imposé sur l’Asse. Plus...

Magic & Naked ou la vie comme elle passe au Paléo

Paléo Le groupe genevois fleure bon l’éternelle histoire de l’adolescence du rock. Reportage sur la route Plus...

Les influenceurs s’emparent de la scène des festivals

Paléo Les manifestations musicales sont de plus en plus nombreuses à recourir aux services de blogueurs pour communiquer. Plus...

Qui sème le vent du funk récolte le tempo de La Tempête

Paléo Rencontre improvisée à l'Asse entre les six musiciens de L’Éclair et les six membres de L’Orage. Plus...

Les soeurs Ibeyi ondulent sous les Arches de Paléo

Critique Langueurs dancehall, polyphonies africaines et chaloupé des fesses faisaient comme un soleil dans le jour finissant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.