Sauvez la forêt mais qu’on voie (enfin) le tram

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les longs serpents de mer ont ceci de passionnant qu’ils nous permettent de nous replonger dans le contexte de l’époque où une décision politique a été prise.

Ou a semblé l’être. Quand les Verts Daniel Brélaz, alors syndic de Lausanne, et François Marthaler, ministre vaudois des Infrastructures, valident la construction de la rampe Vigie-Gonin comme mesure compensatoire à la construction d’un tram en site propre sur la rue de Genève fermée à la circulation, ils font preuve d’un certain pragmatisme. D’abord, parce qu’en 2012 pas grand monde ne se soucie du «poumon vert» que serait censée être la forêt du Flon. Et puis le retrait des oppositions, potentielles ou réelles, des commerçants du coin est à ce prix.


Lire aussi: En 2024, le tram reliera enfin Renens à Lausanne


Huit ans plus tard, alors que la justice valide le concept et admet que la forêt du Flon n’a pas à être particulièrement sauvée, les politiques s’unissent pour renoncer à la détruire, même au nom du tram. L’urgence climatique est passée par là, tout comme l’extrême sensibilisation du citoyen à son égard. Dans ces projets urbanistiques à long terme, la vérité d’un jour n’est forcément pas celle du lendemain.

Le grand gagnant du jour, l’entrepreneur Toto Morand, a beaucoup joué sur son amour pour ce bosquet urbain. Sera-t-il adoubé par ses voisins et amis commerçants maintenant qu’il faudra trouver, selon les termes mêmes de la Fédération patronale vaudoise, un «paquet» qui garantira durablement l’accessibilité multimodale de l’agglomération et de la ville de Lausanne? Car, qui dit multimodal dit voitures, non? Et ces mêmes voisins et amis commerçants, que pensent-ils aujourd’hui de la fin du projet de rampe pour lequel ils avaient renoncé à leurs velléités de recours?

Sur ce dossier, la pesée d’intérêts va demeurer un fil pour funambules. Le commerçant urbain a-t-il besoin d’un accès motorisé à proximité pour continuer à survivre? Alors qu’il est indéniable que la ville profite des enseignes pour maintenir vivant son centre. Faudra-t-il, comme l’imagine le patron de Mobimo, propriétaire du Flon, une cohabitation entre voitures et tram sur la rue de Genève? Et ce alors que d’aucuns veulent fermer la rue Centrale voisine à toute circulation? À l’Ouest comme ailleurs, plus qu’une réalité, le tramway reste nommé désir.

Créé: 26.02.2020, 21h56

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

En 2024, le tram reliera enfin Renens à Lausanne

Mobilité La longue saga judiciaire qui bloquait la construction s’est achevée mercredi après-midi avec l’union sacrée entre l’opposant, Toto Morand, le Canton et la Ville de Lausanne. Plus...

Malgré l'accord de la justice, la rampe du Flon est abandonnée

Mobilité Le Tribunal administratif fédéral a validé l'entier du projet de tram, qui inclut aussi des bus en site propre. Le Canton renonce a construire la route Vigie-Gonin. Plus...

L'avenir du tram et de la forêt du Flon encore débattu

Politique Les élus lausannois ont encore parlé tram, forêt et route, mardi soir. La fermeture du Grand-Pont au trafic devient centrale. Plus...

Lausanne ne rasera pas la forêt du Flon pour une route

Mobilité La route qui devait prendre la place de la célèbre forêt du Flon ne sera pas construite. Sur le Grand-Pont, le trafic automobile devrait en revanche être maintenu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.