Sincérité budgétaire et excédents comptables

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour la quatorzième année consécutive, le canton de Vaud boucle ses comptes avec un résultat positif. L’exercice 2018, présenté hier, se solde par un excédent de 590 millions francs. «L’État n’est pas une entreprise, il ne redistribue pas les bénéfices», a rappelé Pascal Broulis. On croit volontiers le ministre responsable de nos finances depuis dix-sept ans. On ajoutera même qu’un État devrait viser un résultat comptable proche de zéro. Plus les comptes s’éloignent de cette cible, en négatif ou en positif, plus l’exercice est raté. Et il faut bien reconnaître qu’en la matière l’État de Vaud a la dextérité d’une chèvre aux fléchettes. Lors des dix dernières années, le centre de la cible a été loupé de 650 millions en moyenne.

«Recettes fiscales sous-estimées, charges surévaluées, ces vieilles ficelles sont connues pour élaborer un budget qui atteint tout juste l’équilibre»

Des excédents chroniques qui auraient dû être reportés sur les budgets depuis longtemps. Pour rappel, celui de 2018 prévoyait un timide surplus de revenus de 61'300 francs.

Recettes fiscales sous-estimées, charges surévaluées, ces vieilles ficelles sont connues pour élaborer un budget qui atteint tout juste l’équilibre. Ueli Maurer et ses prédécesseurs en font de même à la Confédération. Les Exécutifs verrouillent ainsi les débats budgétaires et affectent à leur guise les excédents lors des écritures de bouclement des comptes.


À lire : Encore une année de vaches grasses pour l’État


Dans le canton de Vaud, cela ne semble pas trop ébranler nos députés. Dans le rapport sur le budget 2018 de la Commission des finances voté par le PLR, le PS, l’UDC, les Verts et le centre, on pouvait lire à la rubrique «observations»: «néant». À la ligne «amendements»: «0». On parle d’un budget de 9,5 milliards.

En conclusion de ce rapport de majorité: «La commission remarque que la méthode utilisée par la Direction générale de la fiscalité pour les estimations fiscales et les montants proposés par le Conseil d’État semblent tout à fait fiables. Ils sont conformes aux principes de prudence et de sincérité.»

Avec autant de prudence, peut-on encore parler de sincérité? (24 heures)

Créé: 12.04.2019, 06h40

Renaud Bournoud, Politique vaudoise. (Image: Florian Cella)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.