Suisse-UE: la crise de nerfs est terminée

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La grande scène de ménage est terminée. Le couple Suisse-UE, qui s’était volé dans les plumes à la fin de 2017, a calmé ses nerfs. Il se reparle et recolle gentiment les morceaux de vaisselle cassée.

De là à dire que le grand amour est de retour, il y a un grand pas que nous ne franchirons pas.

Une chose est sûre, le Conseil fédéral a changé de ton lundi. Il n’est plus question d’évoquer publiquement des mesures de rétorsion suite à l’affront de l’UE sur l’équivalence boursière suisse. Il n’est plus question non plus de jouer la montre et d’attendre la fin du Brexit ou de la saint-glinglin pour signer un accord institutionnel avec l’UE. Non, le gouvernement se dit prêt à conclure cette année. Pour montrer sa bonne volonté, il dégèle aussi l’aide aux pays de l’Est de 1,3 milliard en espérant que l’UE renverra l’ascenseur sur l’équivalence boursière.

Le citoyen courageux qui suit les péripéties du dossier européen peut se dire que «plus ça change, plus c’est la même chose». On peut difficilement lui donner tort.

La Suisse, comme par le passé, est toujours engluée dans des discussions byzantines sur un accord institutionnel avec l’UE. Le PS pousse toujours à la roue alors que l’UDC freine toujours des quatre fers.

Le fameux «reset» d’Ignazio Cassis, qui promettait de remettre à plat toute la politique européenne? Un gadget marketing de politicien. On l’a vu lundi, le Tessinois poursuit bravement la politique de son prédécesseur, Didier Burkhalter, le talent de communicateur en plus. À son crédit aussi, le fait d’avoir nommé comme supernégociateur Roberto Balzaretti, plus affûté pour la tâche que ses prédécesseurs.

Comment tout cela va-t-il se terminer? On parie que tôt ou tard, il y aura un accord. Il sera porté par la traditionnelle coalition pro-Bilatérales, allant de la gauche au PLR. Il sera combattu comme de coutume par l’UDC. Et le peuple tranchera.

La Suisse, comme par le passé, est toujours engluée dans des discussions byzantines sur un accord institutionnel avec l’UE. Le PS pousse toujours à la roue alors que l’UDC freine toujours des quatre fers

Créé: 05.03.2018, 22h39

Articles en relation

«Ni la Suisse, ni l’UE ne veulent des juges étrangers»

Ignazio Cassis Le Conseil fédéral a fini par dégager une ligne commune sur le dossier européen. Il veut un accord en 2018 mais pas à n’importe prix Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.