Système boiteux et Cantons aveugles

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsqu’un système dysfonctionne, il a souvent tendance à s’opacifier pour survivre. C’est la fuite en avant que l’on peut observer avec notre système d’assurance maladie. Celui-ci n’a jamais brillé par sa transparence. Et l’OFSP vient de décider de réduire encore l’information transmise aux Cantons sur les primes et les réserves des assureurs.

Les Vaudois, comme les Genevois, ont payé des primes trop élevées par rapport aux coûts réels de la santé en 2018. Ce n’est pas nouveau. C’est chronique. Entre 1996 et 2013, les assurés des cantons de Vaud, de Genève, de Zurich et du Tessin ont déboursé près de 2 milliards de trop. En 2014, les Chambres fédérales ont finalement accepté d’en retourner… 800 millions aux cantons lésés. Notre parlement de «milice» entretient un drôle de rapport à l’argent.


Lire aussi: Les primes maladie sombrent dans l’opacité


Hormis les intérêts particuliers d’élus fédéraux, rien ne justifie l’opacité des flux d’argent. «On doit savoir où va chaque franc versé par les assurés», martèle le conseiller d’État genevois Mauro Poggia. Une plus grande transparence ne peut que participer à un meilleur contrôle. Qui oserait s’en plaindre?

«Hormis les intérêts particuliers d’élus fédéraux, rien ne justifie l’opacité des flux d’argent»

Face à ce système boiteux, les Cantons sont en première ligne. La hausse des primes grève leurs finances par le biais des subsides à l’assurance maladie. Un cercle vicieux: ils y consacrent des sommes toujours plus grosses pour tenter de maintenir le pouvoir d’achat des ménages. Mais ils disposent de peu de moyens pour intervenir sur le système des primes.

Au pays du fédéralisme, les compétences des Cantons en matière de santé devraient être renforcées. Si les Chambres fédérales acceptent sans sourciller d’importantes différences dans les prix des primes d’un canton à l’autre, elles doivent aussi accepter que ceux-ci puissent s’organiser à leur manière. La Berne fédérale est-elle disposée à outiller solidement les Cantons pour agir sur les coûts de la santé, notamment pour réguler l’offre médicale?

À l’occasion des élections fédérales de cet automne, cela mériterait d’être un thème de campagne.

Créé: 25.07.2019, 06h57

Renaud Bournoud, Politique vaudoise. (Image: Florian Cella)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...