À quand le tonnerre de Brest à droite?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cela pourrait ressembler à un long dimanche de fiançailles. Entre le peuple et les édiles. Un vote somme toute raisonnable sur une réforme de l’imposition des entreprises qui sert à la fois les intérêts de l’économie et de l’AVS. Même l’UDC n’a pas osé s’y opposer. Ironiquement, le canton de Vaud aurait pu espérer un non national, qui aurait probablement provoqué un exil fiscal vers ses terres de nombre de PME genevoises. Pour la paix lémanique des ménages intercantonaux, ce résultat est aussi sain.


Lire aussi: Vevey dit non à un parking sous la place du Marché


On ose espérer que, tout à sa victoire sur le parking de la place du Marché à Vevey, Pierre Chiffelle saura convaincre ses clients de la gauche radicale pour qu’ils retrouvent un peu de bon sens démocratique et qu’ils renoncent à recourir contre ce vote. Pour la troisième fois, les Vaudois ont dit qu’ils voulaient soit de la RIE III, soit de la RFFA. Ce dimanche, ils se sont fortement mobilisés (près de 45% de participation), avec une majorité de oui dépassant les quatre cinquièmes. Le Vaudois et le Suisse n’ont visiblement pas estimé cet objet trop compliqué pour eux, ni qu’il y manquait de l’unité de matière. Ils y ont trouvé ce qui fait souvent le sel de ce pays, le redondant mais efficace sens du compromis.

En revanche, il serait grand temps que la droite de ce canton se préoccupe de l’impôt individuel des Vaudois. Or, mis à part de timides tentatives de l’UDC et des Jeunes PLR, on ne voit pas grand-chose venir. Pourtant, sur le sujet, même le fort libéral-radical Centre Patronal tance son ministre des Finances. Constatant notamment que l’impôt sur la fortune a massivement progressé ces cinq dernières années et rappelant que Vaud, pourtant chroniquement bénéficiaire, est le deuxième canton le plus cher de Suisse en la matière.

En 2018, la moitié des revenus supplémentaires encaissés par rapport au budget provenait de la hausse de ces mêmes rentrées fiscales. Dans ce sens, on attend qu’un tribun de droite tienne le même rôle qu’un certain Pierre-Yves Maillard chez les socialistes. Le «Tonnerre de Brest» qu’il avait hurlé aux siens en faveur d’un oui au premier paquet cantonal résonne encore dans les urnes d’hier. (24 Heures)

Créé: 19.05.2019, 18h33

Claude Ansermoz, rédacteur en chef

Articles en relation

C'est non au parking sous la place du Marché à Vevey

Scrutin Le «vote du siècle» a rendu son verdict ce dimanche: les Veveysans ont dit non à 53,69% au projet de parking souterrain. Plus...

Les réactions face aux nouveaux défis de la RFFA

Suisse Opposants et vainqueurs de la votation sur la réforme fiscale des entreprises liée à l'AVS ont d'emblée réagi sur les nouveaux chantiers qui s'annoncent. Plus...

Revivez le double «oui» à RFFA et à la loi sur les armes

Votation du 19 mai Le Conseil fédéral s'est réjouit après le oui très clair dans les urnes pour le compromis fiscal RFFA et la directive de l’UE sur les armes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.