Passer au contenu principal

Un tour de piste dans le désordre complet

Heureux PLR vaudois, qui peut compter sur de solides prétendants à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral… La section cantonale affiche une image conquérante et prouve qu’elle a parmi son personnel politique des profils crédibles aux dents affûtées. Et puis, c’est vrai, la présence de Guy Parmelin au Conseil fédéral ne constitue pas un empêchement. Le canton de Berne a bien deux ministres, lui. Vaud peut donc légitimement rêver de figurer sur un ticket latin aux côtés du Tessinois Ignazio Cassis.

A lire:Déjà deux prétendants vaudois dans la course

Hélas, les choses se gâtent dans la manière de procéder. La prétendante principale, celle qui a les faveurs de la cote, celle dont tout le monde parle depuis des semaines, c’est Isabelle Moret. Or, la conseillère nationale garde le silence et réserve sa décision jusqu’au mois d’août, soit après le congrès du PLR tessinois. Histoire de peser ses soutiens politiques et d’évaluer soigneusement les risques d’une telle aventure.

«Cette présentation des candidats, censée montrer les forces du PLR, menace de virer à la parade de cirque»

Pendant ce temps-là, Jacqueline de Quattro va, sans crier gare, déclarer sa candidature à un journal alémanique. Peut-être une façon de montrer qu’elle est parfaitement bilingue, née à Zurich, et qu’elle aurait du poids outre-Sarine. Une fois cela dit, la ministre refuse de dire un mot de plus et garde le silence.

Quelques heures plus tard, Olivier Français se déclare à son tour «à disposition», alors même que le PLR vaudois a fait de la carte féminine son atout numéro un dans cette course. Le franc-tireur estime que le sexe ne fait rien à l’affaire, mais il prétend en même temps qu’il tient haut et fort pour Isabelle Moret. Allez comprendre quelque chose dans cette cacophonie.

Tout à coup, cette présentation des candidats potentiels, censée montrer les forces du PLR, menace de virer à la parade de cirque. Le président cantonal a beau affirmer que tout-va-très-bien-Madame-la-Marquise, le parti perd en crédibilité en avançant avec une telle impréparation.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.