Triste tohu-bohu fédéral sur l’Europe

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il a dû transpirer, Ignazio Cassis. Après des heures de discussions, le Tessinois est apparu les yeux tirés devant la presse. Cette dépense d’énergie a-t-elle permis de faire avancer le dossier européen? Ceux qui attendaient des éclaircissements sont repartis bredouilles. Pas grand-chose de neuf dans la besace du ministre des Affaires étrangères, si ce n’est la nomination d’un négociateur en chef pour l’UE, en la personne de Roberto Balzaretti, promu au rang de secrétaire d’État.


A lire: La spectaculaire revanche du nouveau Monsieur Europe


Que le Conseil fédéral n’arrive pas à se mettre d’accord sur la question européenne ne surprendra personne. Les ministres n’essaient même plus de cacher leurs divisions. Au contraire. Ils semblent adorer l’idée de les étaler au grand jour et de se contredire. Combien de fois la collégialité a-t-elle volé en éclats lors du WEF de Davos? Entre les déclarations de Cassis, de Berset, de Maurer, ou de Schneider-Ammann; bien malin celui qui peut définir la position du collège.

On en viendrait même à saluer ceux qui ont eu l’audace de se taire. Comme il semble loin le temps où Doris Leuthard prenait solennellement la parole pour annoncer les mesures de rétorsion que la Suisse allait prendre pour montrer sa mauvaise humeur à Bruxelles, qui venait de limiter la reconnaissance de la Bourse suisse. L’union n’aura duré que le temps d’un espoir, celui de voir les sept Sages tirer à la même corde. Cette cacophonie fédérale n’aide en rien à redorer le blason d’une question européenne qui cumule les a priori négatifs. Alors que ce dossier est le plus important sur la table, le gouvernement donne des munitions à Bruxelles. La désunion est rarement une bonne stratégie à la table des négociations.

Roberto Balzaretti est prévenu. Au vu de la situation, on se demande tout de même si c’est d’un négociateur avec l’UE dont la Suisse avait besoin ou plutôt d’un médiateur capable de concilier les visions divergentes d’un gouvernement aux abois. (24 heures)

Créé: 31.01.2018, 23h20

Florent Quiquerez, correspondant au Palais fédéral

Articles en relation

La spectaculaire revanche du nouveau Monsieur Europe

Roberto Balzaretti En nommant un Tessinois aguerri, le Conseil fédéral solde l’héritage de Didier Burkhalter. Mais les grands problèmes restent Plus...

Attaquée de tous côtés, la protection salariale vacille

Relations Suisse-UE Mises sous pression par l’UDC et certains milieux libéraux, les mesures pour lutter contre le dumping salarial sont aussi menacées par l’UE. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...