Trump et le danger de la surenchère

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Américains ont appris à relativiser les tweets rageurs et déclarations fracassantes de Donald Trump dans leur contexte. Ils se sont habitués à voir l’entourage du président des Etats-Unis les expliquer et les préciser. La dernière menace de Donald Trump de déclencher le «feu» et la «fureur» si la Corée du Nord poursuit ses provocations n’échappe pas à cette règle. Juste avant de bomber son torse nucléaire, Donald Trump avait aussi affirmé depuis son club de golf du New Jersey que les Etats-Unis gagneraient la guerre contre «l’épidémie meurtrière» des addictions aux opiacés. Il avait exposé sa stratégie visant à convaincre les jeunes Américains de ne pas prendre de drogues en leur disant: «Pas bon, vraiment mauvais pour vous!»

Comme lors de la précédente crise avec Pyongyang le mois dernier, les propos de Donald Trump ont été relativisés par son administration. A l’époque, Jim Mattis, un ancien général qui dirige désormais le Pentagone, avait rappelé que les Etats-Unis privilégiaient la diplomatie et les sanctions économiques. Mercredi, c’était au tour de Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat, de rassurer les Américains en leur assurant qu’ils pouvaient continuer à «bien dormir».

Le président des Etats-Unis a néanmoins tracé une ligne rouge dans la crise nord-coréenne, similaire à celle que Barack Obama avait tracée en 2013 en Syrie. A l’époque, Damas n’avait pas tenu compte des limites fixées par le président d’alors, ce qui avait provoqué les vives critiques de Donald Trump. Ses propres menaces ne semblent guère avoir eu plus d’impact sur le régime de Kim Jong-un. Pyongyang a aussi haussé le ton, incitant le président des Etats-Unis à utiliser d’autres superlatifs sur la puissance nucléaire de son pays jeudi sur Twitter. Une escalade inquiétante qui force les Américains à espérer que les anciens généraux présents à la Maison-Blanche continueront à filtrer les propos de Donald Trump. Page 6 (24 heures)

Créé: 09.08.2017, 21h39

Articles en relation

Face à Pyongyang, Trump ne mesure pas ses mots

Escalade Le président américain menace la Corée du Nord de «fureur» et de «feu». Le secrétaire d’Etat a dû, encore, rattraper le coup. Plus...

Comment Trump torpille la diplomatie américaine

Etats-Unis La plupart des ambassadeurs démissionnés en janvier n’ont toujours pas été remplacés. Du jamais-vu, et une situation de crise. Plus...

Jean-Cosme Delaloye, correspondant à New York

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...