Vague conservatrice sur l’Amérique du Sud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Oubliée, la «vague rose» qui avait déferlé sur le continent sud-américain dans les 2000! Elle est bel et bien finie, l’ère Lula au Brésil, tout comme la décennie Kirchner en Argentine et la présidence de Bachelet au Chili! Même l’Équateur révolutionnaire de Correa et le Venezuela chaviste de Maduro ne sont plus ce qu’ils étaient. L’élection triomphale, ce dimanche au Chili, du milliardaire conservateur Sebastián Piñera, qui fut déjà président de 2010 à 2014, entre les deux mandats de la socialiste Michelle Bachelet, est le dernier exemple en date de la grande déferlante droitiste qui traverse le continent sud-américain depuis cinq ans. Voilà qui peut surprendre, si l’on se rappelle la profonde désillusion dans la région après les présidences néolibérales des années 90: celle de Carlos Menem en Argentine, d’Alberto Fujimori au Pérou ou même de Fernando Collor De Mello au Brésil. Aux yeux des électeurs, ils n’avaient plus la cote, ceux qui s’étaient inspirés des expériences de Ronald Reagan aux États-Unis et de Margaret Thatcher au Royaume-Uni.

«Les leaders de gauche ont bénéficié pendant des années d’un «âge d’or» budgétaire»

Comment expliquer à présent ce retour «amnésique» à des recettes politiques qui avaient été rejetées? D’abord par les problèmes économiques, bien évidemment. Portés à la tête de l’État, les leaders de gauche ont bénéficié pendant des années d’un «âge d’or» budgétaire, grâce aux prix élevés des matières premières et des produits agricoles sur les marchés internationaux. Ces temps-là sont révolus. Depuis 2011, la chute des cours a fait des ravages en Amérique du Sud. À cela s’ajoute une grave perte de confiance vis-à-vis des icônes de la gauche. Au Brésil, Lula, puis Dilma Rousseff, ont été accusés de corruption. En Argentine, Cristina Fernández de Kirchner est poursuivie pour blanchiment d’argent. Même Michelle Bachelet, fille d’un héros national chilien, a été éclaboussée par une affaire impliquant sa fille. Quant à Nicolás Maduro au Venezuela, il divise les gauches sud-américaines. Bref, une ère semble se terminer. Combien durera la nouvelle? (24 heures)

Créé: 18.12.2017, 21h10

Articles en relation

Le virage à droite de l’Amérique du Sud

Monde Le conservateur Sebastián Piñera est élu à la présidence du Chili. Une vague droitière déferle sur le continent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des déchets plastiques dans le Léman. Paru le 18 avril 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...