T’as où les vignes? Ou la force de la traçabilité

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’ouverture du contingent d’importations de vins étrangers en 2001 a fait craindre le pire: comment notre pâle chasselas pourrait-il régater face au réputé chardonnay bourguignon? Et notre bon vieux gamay face au barolo piémontais?

Les résultats de l’étude 2017 sur les habitudes de consommation des vins en Suisse ont de quoi nous faire bomber le torse: le Suisse boit moins (à part le Romand…), c’est vrai, mais il boit suisse! Une tendance observée de manière encore plus flagrante au restaurant, où les vins du cru grignotent quelques pour-cent à chaque étude depuis 2004. Mieux, près de la moitié des sondés choisissent du vin suisse lorsqu’il s’agit de l’offrir.

La principale raison de cette évolution? Les gens (55%) veulent «boire local», réclament de la traçabilité, font confiance aux produits qu’on «connaît mieux». Le passage au 0,5‰ a sonné le glas du «qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse», les scandales alimentaires à répétition ont déroulé le tapis rouge aux produits locaux.

Le vin suisse ne peut que profiter de ce changement de paradigme. Issu de petites productions, favorisant toujours plus le terroir, il relie celui qui le boit à un bout de vigne qu’il peut visualiser, placer sur une carte au 1:25 000, dont il a même parfois rencontré le producteur.

Et si Lavaux grimpe dans les sondages, c’est que l’identification atteint là son comble: ce vignoble bien de chez nous est reconnu de manière universelle depuis 2007. Comme la Bourgogne ou le Piémont, mais en plus petit. (24 heures)

Créé: 11.10.2017, 07h04

Articles en relation

Le «patriotisme viticole» profite à Lavaux

Viticulture La 5e étude de Swiss Wine Promotion sur l’image des vins suisses montre l’attachement des consommateurs au terroir et leur identification à une région. Plus...

Le viticulteur du Nord vaudois a toujours cru aux vins de sa région

Portrait «Rookie of the Year 2018» de Swiss Wine Promotion et Gault&Millau, Benjamin Morel de Valeyres-sous-Rances avoue une attirance certaine pour le travail à la cave. Plus...

Avec leur camion-remorque les Vins de la Côte véhiculeront leur image sur les routes du pays

Féchy Pour s'offrir une visibilité à travers toute la Suisse, l'appellation a conclu un partenariat avec la société de transport Planzer. Plus...

Le Chablais se déguste pas à pas

Terroir Notre 2e balade 24 Terroirs propose des vins et des artisans passionnés. Plus...

Image

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...