Passer au contenu principal

Le vin bio ne connaît pas encore l’ivresse

Vingt-sept exploitations viticoles vaudoises sont reconnues bio par la Suisse alors que les vendanges battent leur plein dans la région et dix supplémentaires sont annoncées pour l’an prochain (notre long-format à retrouver ici). Cela peut sembler une paille face aux 530 producteurs de vin officiellement recensés dans le canton. Pourtant, 7% de bio en 2017, c’est une belle progression dans une branche où, il n’y a pas si longtemps, c’est le représentant du fabricant de produits phytosanitaires qui conseillait directement le vigneron.

Aujourd’hui, les producteurs de raisin ont réalisé un virage extraordinaire dans leur tête. La majorité d’entre eux tentent de réduire au maximum l’utilisation de produits chimique, dans une prise de conscience que la vigne qu’ils cultivent ne doit pas empoisonner leurs enfants, et que les vins qu’ils produisent doivent être le plus naturel possible. Au vu du prix des produits, l’économie peut être importante. Quelques-uns appliquent même les principes bio, sans vouloir demander un label lourd et contraignant.

«Ces courageux entrepreneurs répondent aussi à une demande grandissante des consommateurs»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.