Vincent Ducrot va calmer les CFF

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Qualité, sécurité, ponctualité»: les premiers mots du nouveau patron des CFF, Vincent Ducrot, semblent nous replonger dans le vocabulaire des chemins de fer des années 60. Mais, aux yeux de tous, en particulier des Romands, ses remarques sonnent juste.

Après avoir augmenté leur offre pour atteindre la cadence horaire d’un métro, les CFF ont négligé certaines régions et oublié l’importance des conducteurs de train. Les pendulaires mesurent au quotidien à quel point la fiabilité légendaire des CFF est toute relative et masque, en réalité, une grande fragilité du réseau. Il suffit d’un peu de pluie ou de la maladie de quelques chauffeurs de locomotive pour que toute la cohérence de l’horaire cadencé s’effondre. Les CFF sont sans réserve, sur le fil, en guerre permanente pour éponger les heures supplémentaires.


Lire aussi: Nommé pour apaiser les CFF, ce Romand fait déjà l'unanimité


Cette situation, dont hérite le successeur d’Andreas Meyer, est à l’origine d’une grave dégradation des rapports sociaux au sein de l’entreprise, comme l’ont montré les dernières enquêtes internes. Et on comprend mieux pourquoi le choix de Vincent Ducrot rassure. Si le directeur général des Transports publics fribourgeois (TPF) sort lui aussi d’une phase d’expansion très rapide, il a su la conduire sans s’aliéner les représentants du personnel.

«Le nouveau patron aura peu de répit devant lui. Les CFF entrent dans une nouvelle ère, celle de la mobilité globale»

À la tête des CFF, sa première mission sera de ramener un peu de sérénité dans l’entreprise. Andreas Meyer était un fonceur et un excellent vendeur. Vincent Ducrot, lui, apporte plus de rigueur dans l’exécution. Une condition indispensable pour renouer la confiance avec les instances politiques qui ont découvert trop tard les conséquences de sous-investissements chroniques dans les infrastructures.

Le nouveau patron aura pourtant peu de répit devant lui. Les CFF, comme toutes les entreprises de transport, entrent dans une nouvelle ère, celle de la mobilité globale où les trains, les voitures autonomes, les bus électriques, demain les drones, seront dans une compétition farouche les uns avec les autres. Et cela, dans moins de dix ans, au moment même où Vincent Ducrot prendra sa retraite. La succession devra être soigneusement préparée.

Créé: 10.12.2019, 18h57

Pierre Veya, chef de la rubrique Économie

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

La ponctualité, priorité du nouveau boss des CFF

Transports publics L'ancien cheminot Vincent Ducrot souhaite que les CFF renouent avec leurs valeurs comme la sécurité, la qualité et la ponctualité. Plus...

Le Fribourgeois Vincent Ducrot sera le nouveau directeur des CFF

Transports Le nom du successeur d'Andreas Meyer est connu. Il s'agit du directeur des transports publics fribourgeois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...