Passer au contenu principal

Un vote qui reste à concrétiser

Le oui des Suisses à la Stratégie énergétique ne met pas fin au débat. La question du sauvetage de l'hydraulique s'annonce explosive au parlement.

La politique des petits pas n’a jamais si bien porté son nom. Six ans après l’annonce solennelle d’une sortie du nucléaire, les Suisses ont enfin ancré dans la loi l’interdiction de construire de nouvelles centrales. Le combat d’arrière-garde mené par le lobby nucléaire s’est soldé par un cinglant échec. Même si l’on a peu senti le souffle de l’histoire durant les débats de campagne, une page s’est bel et bien tournée hier.

Il faut maintenant écrire le prochain chapitre, celui des énergies renouvelables. Le mouvement est en marche depuis une quinzaine d’années, mais il doit s’accélérer. Si personne ne croit à une Suisse piquetée d’éoliennes sur toutes les crêtes du pays, l’opposition systématique aux rotors ne peut plus être la règle. Même chose pour l’efficience énergétique, qui doit diminuer par deux notre consommation d’énergie. Aux propriétaires de profiter du coup de pouce financier de la Confédération.

Sans les efforts de tous, la fermeture des centrales nucléaires nous obligera à importer du courant pas toujours très propre. Voilà qui serait le comble pour un tournant énergétique pris au nom de la protection de l’environnement et de la lutte contre les énergies fossiles.

Reste que dans le projet forgé au feu du compromis politique, beaucoup de questions sont encore en suspens. Quelle sera la portée réelle des mesures d’incitation inscrites dans la Stratégie énergétique? Et quelle en seront les conséquences sur le coût de l’électricité? Nul doute que le débat sur la libéralisation complète du marché de l’électricité va reprendre rapidement.

Mais la première question, urgente, qui attend le parlement d’ici 10 jours, c’est celle des barrages. Clé de voûte de l’approvisionnement post-nucléaire, l’hydraulique est en grande difficulté. Faut-il pour autant que les consommateurs paient seuls et sans conditions le sauvetage de la branche? Le débat s’annonce explosif.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.