Wimbledon s’est joué sur un coup de dés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le temps était comme suspendu. Sur le Centre Court de Wimbledon, Roger Federer et Novak Djokovic se livraient une finale d’anthologie, de ces combats qui entrent dans la légende du tennis. Le Bâlois a semblé prendre le dessus à plusieurs reprises dans un cinquième set irrespirable, mais le Serbe est revenu à la vie à chaque fois. Rien – pas même la nuit tombante – ne semblait pouvoir départager ces deux champions hors norme.

À 12 jeux partout, l’arbitre a pourtant annoncé le «super tie-break», comme le veut le règlement à Londres depuis cette année. Une première dans l’histoire des tournois du Grand Chelem. Dans ce jeu décisif, Djokovic a été le plus fort (7-3). À bientôt 38 ans, Roger Federer laissait échapper un neuvième titre sur le gazon londonien. Terrible épilogue.

«Le plaisir des amoureux de tennis a été sacrifié sur l’autel des audiences TV»

Plus que le résultat – la logique sportive est parfois cruelle –, c’est surtout la manière qui nourrira des regrets éternels. Alors que cette finale avait basculé dans l’irrationnel, tout s’est joué sur un coup de dés. Ce «super tie-break» a été le coitus interruptus d’un match orgasmique qu’on espérait voir durer toute la nuit. Le plaisir des amoureux de tennis a été sacrifié sur l’autel des audiences TV.

Car, si Wimbledon a instauré cette nouvelle règle, c’est pour contenter les diffuseurs. Le format est ainsi mieux maîtrisé, quitte à ce qu’il soit vidé d’un peu de sa substance. Fini les matches interminables. La nouvelle génération ne peut, prétendument, plus se concentrer aussi longtemps. Il faut donc trouver un moyen pour garder sa précieuse attention.


Lire aussi: Federer retombe du mauvais côté de l’histoire


Les Grands Chelems bricolent. Cette saison, les quatre grands tournois ont autant de règles différentes. Une hérésie qui ajoute encore un peu à l’incompréhension. Roland-Garros n’applique pas de jeu décisif dans le cinquième set. En Australie, il intervient à 6-6 et va jusqu’à 10, tandis que l’US Open se contente d’un tie-break standard. Enfin, Wimbledon coupe court aux débats après 24 jeux.

Cette finale 2019 restera donc comme une première pour une question de compte d’apothicaire, alors qu’elle aurait pu écrire l’histoire grâce à une finale hors du commun.

Créé: 15.07.2019, 06h51

Ugo Curty, journaliste à la rubrique sportive

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.