Andrew, le prince voyageur, sacrifié pour la couronne!

La rédactionTristan de Bourbon raconte comment le second fils d'Elisabeth II doit renoncer à ses activités de commercial du Made in Britain.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Royaume-Uni est en émoi! Mercredi soir, le prince Andrew s’est retiré de ses attributions publiques «pour le futur proche». La presse britannique murmure même qu’il a été forcé de rendre les clés de son bureau par sa mère la reine Elisabeth II. Le second fils de la souveraine perd ainsi une situation dorée. Depuis près de vingt ans, il jouait en effet le rôle de promoteur des entreprises britanniques. Une activité pour laquelle sa mère lui versait 249'000 livres sterling (319'000 francs) de frais professionnels annuels.

Entre 2001 et 2011, le duc d’York occupe le poste de représentant spécial britannique pour le commerce et l’investissement. Officiellement, l’agence d’investissement et du commerce du gouvernement britannique paie le coût de son transport et de son logement à l’étranger, le palais royal ses affaires personnelles. Comme l’expliquait alors le site internet gouvernemental, son rôle est de «réaffirmer l’importance que le Royaume-Uni attache aux relations bilatérales au plus haut niveau et de faire du lobbying au nom des entreprises britanniques».

Il profite de ces obscures prérogatives pour voyager. Beaucoup. Rien qu’entre avril 2009 et avril 2010, il visite 19 pays, mène 57 réunions avec des chefs d’État, chefs de gouvernement et ministres, et participe à 543 rendez-vous dont 337 à l’étranger. Preuve de son affabilité, l’ancien ministre à l’Europe Chris Bryant assure qu’il est «un ami très proche de Saïf Kadhafi (ndlr: le fils du colonel) mais aussi un ami proche du trafiquant d’armes libyen Tarek Kaituni».

Démis de ses fonctions en 2011 en raison des premières suspicions liées au pédophile Jeffrey Epstein, il crée trois ans plus tard l’initiative Pitch@Palace. Il permet ainsi à de jeunes entreprises et associations caritatives de présenter leurs activités et leurs projets à de potentiels investisseurs. Le programme se révèle être un succès phénoménal. Las, la relance cette semaine de l’affaire Epstein a fait fuir de nombreux participants au programme. Parmi lesquels le géant des télécoms BT, la banque Standard Chartered, plusieurs universités, etc.

«Depuis près de vingt ans, il jouait en effet le rôle de promoteur des entreprises britanniques»

Que l’on ne s’y trompe pas: la mesure prise par la reine est exceptionnelle. Jamais depuis l’abdication du roi Edward VIII en 1936, un membre direct de la famille royale n’avait dû prendre congé de la sorte. Edward VIII était suspecté de sympathies un peu trop poussées envers le régime nazi; Andrew est tombé pour sa proximité avec un pédophile notoire.

Leur chute est liée à la même raison d’État: la nécessité de sauvegarder l’image de la monarchie pour assurer le maintien des Windsor sur le trône dans une période politiquement agitée. Surtout qu’à court terme, la succession de sa mère, âgée de 93 ans, sera à l’ordre du jour. Nul doute que son frère aîné Charles aimerait que son arrivée au pouvoir se déroule dans une ambiance apaisée et qu’elle ne soit pas trop contestée.

Créé: 22.11.2019, 06h43

Tristan de Bourbon, correspondant à Londres.

Articles en relation

Le prince Andrew s’enfonce dans l’affaire Jeffrey Epstein

Royaume-Uni Le fils de la reine a voulu répondre en personne aux attaques liées au pédophile américain. Loin de convaincre, il a fait croître les doutes à son égard. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...