Cours du franc : le Big Mac a parlé

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Que le franc soit surévalué, personne ne le conteste. Mais de combien? Là, les estimations divergent, car il y a le cours nominal, le cours réel (inflation déduite, mais il y a deux déflateurs: les prix à la consommation et les prix à la production…), le cours pondéré par le pouvoir d’achat (la fameuse «parité des pouvoirs d’achat», ou PPA, obtenue quand on corrige le cours nominal au moyen d’un indicateur tel, par exemple, que le produit intérieur brut par personne). Sans compter que le cours du franc par rapport au dollar n’est évidemment pas le même que son cours face à l’euro, au yen japonais, à la livre sterling, au dollar canadien, à la couronne danoise, etc., sans parler de l’indice du cours de change effectif, nominal ou réel, total ou partiel, par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux…

Pour mettre un peu d’ordre dans cette jungle de référents, la Banque nationale suisse a édité en novembre 2017 un vade-mecum explicatif des divers indices qu’elle publie désormais («Adoption d’une méthode de calcul fournissant une image plus complète et plus actuelle de la réalité»*). Les formules restent cependant complexes, et sans un solide bagage mathématique et statistique, on se sent un peu éjecté de la démonstration.

Reste alors, pour les nuls que nous sommes à peu près tous, le fameux «Big Mac Index» calculé depuis 1986 par l’hebdomadaire britannique «The Economist». Plus sérieux qu’il n’en a l’air (car, en comparant les prix de vente dans les différents pays d’une préparation mâchable universellement connue, il s’inspire directement du principe de la parité des pouvoirs d’achat), cet indice initialement conçu comme un gag permet en réalité d’approcher, finalement d’assez près, le vrai pouvoir d’achat des monnaies. On découvre ainsi que le franc suisse demeure, de toutes les monnaies, la plus massivement surévaluée en termes nominaux face au dollar (+18,4% aux dernières nouvelles), et encore bien davantage face à l’euro (+46,5%).

Pour affiner l’analyse d’un comparateur somme toute assez fruste (la vie est un peu plus compliquée que les inébranlables sept ingrédients constitutifs dudit sandwich à deux étages), on peut se tourner vers des indicateurs officiels, tels ceux utilisés par Eurostat et l’OCDE par exemple, qui mesurent la valeur des monnaies face au dollar en pondérant leurs cours de change par le produit intérieur brut des pays considérés**. On découvre alors qu’à la parité des pouvoirs d’achat ainsi calculée, le billet vert valait il y a deux ans (fin 2018) 1fr.19 franc, contre 0,98 franc en termes nominaux, et qu’il tombait au même moment à 0,76, respectivement 0,85 euro. Une vulgaire règle de trois donne, pour le cours d’alors, un taux de 1fr.15 pour un euro, et carrément de 1fr.57 à la parité des pouvoirs d’achat (l’Office fédéral de la statistique parvient lui à 1fr.68, et même à 1fr.84 pour la PPA mesurée à la «consommation individuelle effective»). Depuis lors, comme on sait, le franc s’est fortement apprécié, au point de faire tomber l’euro la semaine dernière à 0,96 franc. En PPA, cette valeur tourne sans doute encore autour de 1fr.50, ce qui révèle à quel point son cours nominal demeure fortement exagéré. Foi de Big Mac.

*https://www.snb.ch/fr/mmr/studies/id/economic_studies_2017_11

**https://data.oecd.org/conversion/ex

Créé: 20.01.2020, 20h54

Marian Stepczynski

Chronique économique

Articles en relation

L’euro monte par rapport au franc

Devises L’issue des élections britanniques favorise les chances d’un euro à 1,10 franc, d’ici à la fin de ce vendredi après-midi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.