Derrière les chiffres, les destins individuels

L'invitéePour éviter les drames et les trafics, l'Union européenne et la Suisse doivent revoir leur politique d'asile, selon Manon Schick, directrice d’Amnesty International Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était le lendemain de Noël. J’ai pris un taxi aux aurores pour me rendre à la gare de Lausanne. Le nom du chauffeur, affiché sur sa plaquette dans la voiture, m’a paru familier. Ce n’est qu’une fois dans le train que j’ai réalisé que je l’avais déjà rencontré, lors d’une conférence sur le Darfour à Genève. Il avait dirigé l’une des plus importantes organisations de défense des droits humains dans cette région du Soudan, marquée dans les années 2000 par un épouvantable nettoyage ethnique.

L’ex-directeur a donc trouvé une protection chez nous et est devenu chauffeur de taxi. Comme lui, des millions de personnes sont forcées chaque année de quitter leur pays pour chercher un endroit sûr où refaire leur vie. Les chiffres sont affolants: jamais depuis la Seconde Guerre mondiale il n’y a eu autant de personnes déplacées sur notre planète, plus de 51 millions.

L’année 2014 aura été celle du record de nombre de migrants qui ont traversé la mer Méditerranée: plus de 200 000 personnes, dont plus de 4300 sont décédés, selon le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Et ce phénomène va en augmentant, comme en témoignent les bateaux de migrants récupérés en mer ces derniers jours.

«Il est nécessaire de rétablir des voies légales d’accès à notre continent»

On oublie trop souvent que derrière les chiffres se cache à chaque fois un destin individuel. Celui du militant persécuté par son gouvernement. Ou celui de cette jeune Somalienne qui avait couru le 200 mètres aux Jeux olympiques de Pékin et rêvait de participer à ceux de Londres, et qui a disparu en mer en 2012 alors qu’elle tentait de rejoindre l’Europe.

Ou encore celui de ces dizaines de milliers de familles syriennes, qui après avoir fui les bombardements et croupi dans des camps au Liban ou en Turquie, préfèrent encore risquer la mort en mer plutôt que de devoir continuer à survivre dans des conditions précaires tant que le conflit durera dans leur pays. Comment s’étonner que les gens choisissent la voie de l’exil?

Chacun de ces migrants a un nom, un parcours, un espoir. Bien peu d’entre eux arriveront à réaliser leurs rêves, mais certains trouveront au moins la protection dont ils ont besoin.

Pour que ces personnes ne soient pas à la merci de passeurs sans scrupule et qu’elles ne prennent pas des risques insensés pour rejoindre l’Europe, il est nécessaire aujourd’hui de rétablir des voies légales d’accès à notre continent.

Il faut aussi augmenter l’aide dans les pays voisins des conflits, pour la prise en charge des réfugiés sur place. Enfin, il faut accueillir les personnes vulnérables, les femmes enceintes, les blessés, les malades. Face à l’urgence syrienne, les pays européens, et la Suisse avec eux, ont la responsabilité d’admettre davantage de réfugiés. (24 heures)

Créé: 05.01.2015, 11h30

Manon Schick (Image: DR)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.