En matière d’éducation, comparaison n’est pas raison

L'invitéJean-Louis Chancerel remet en question les résultats des enquêtes sur les compétences des écoliers suisses.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Évaluer les restaurants, les hôpitaux ainsi que les systèmes éducatifs est à la mode. Dans le cas de la Suisse, il s’agit de comparer les cantons puisque chacun a son histoire propre et son système. En 2016, une enquête diligentée par la Conférence des directeurs cantonaux de l’Instruction publique a réalisé un travail d’évaluation et de comparaison par un recueil d’informations sur les compétences des écoliers suisses. Les résultats ont vite été relayés dans les médias («24 heures» du 25 mai 2019). Ils suscitent cependant un certain nombre de remarques.

«On fait comme si tous les systèmes éducatifs cantonaux avaient la même histoire»

En premier lieu, cette étude reproduit, avec quelques aménagements, la démarche de l’OCDE avec PISA (Program for International Student Assessment). Les mêmes critiques en direction de ce type d’approche peuvent être faites à ce travail: en effet, les objets mesurés, les compétences des élèves dans des disciplines scolaires, sont relatifs et prennent relativement peu en compte l’utilité des acquisitions des élèves et surtout la mise en sens par ces derniers; on fait comme si tous les systèmes éducatifs cantonaux avaient la même histoire et le même rapport à leur contexte culturel, social et économique; les outils (évaluation à partir d’items restreints où l’on contrôle des performances) laissent de côté le trajet de chaque élève – central en pédagogie; le traitement des données recueillies aboutit à des classements alors que la mesure des performances des élèves est peu stable et de ce fait peu fiable. Nous pourrions continuer les critiques à ce type d’évaluation des systèmes. Un observatoire des systèmes éducatifs cantonaux donnerait à l’évidence des résultats qualitatifs et quantitatifs plus fiables et moins centrés sur des classements aléatoires.

En second lieu se pose le problème de l’utilisation des résultats et de la construction des représentations par les citoyens. Ces travaux peuvent donner des certitudes sur des aspects qui sont très relatifs. On se trouve devant des informations très techniques dont on ne peut que difficilement apprécier la validité et, de ce fait, la véracité. On est devant des informations relatives tout aussi problématiques que des fausses informations car on n’indique pas les limites de validité et donc les limites des interprétations.

Au niveau des Départements de l’instruction publique, les résultats sont difficilement interprétables et de ce fait posent le problème du rôle de ces informations dans les décisions politiques; on en reste à des modifications dans la gouvernance et la gestion; elles déstabilisent les systèmes qui ont nécessairement besoin de stabilité.

La régulation des systèmes éducatifs est très délicate et se situe à moyen et long terme. Leur régulation ne peut pas s’appuyer sans prise de risque sur ce type d’enquête. Chaque système se développe par une réflexion sur lui-même et non pas sur des comparaisons et des modèles extérieurs.

Créé: 03.07.2019, 07h11

Jean-Louis Chancerel, professeur honoraire à la HEP Vaud.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...