Il est urgent d’agir sur les primes d’assurance-maladie

L’invitéStéphane Montangero présente les initiatives du PS en la matière sur le plan national.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chaque automne, la même rengaine: fin septembre, l’annonce de fortes hausses de primes d’assurance-maladie (LAMal), puis le bal des appels téléphoniques et des démarcheurs en tout genre. Avec de surcroît des sites de soi-disant comparaisons de primes payés par… les assureurs maladie eux-mêmes! Dès lors, on ne s’étonnera pas de leur tendance à multiplier les modèles proposés aux assurés…

Pour 2018, la hausse moyenne des primes LAMal dans notre canton sera de 6,4% pour les adultes et de 8,3% pour les enfants. Pour les ménages vaudois, dont les revenus sont bien loin de connaître la même progression, cela revient à une très forte diminution de leur pouvoir d’achat. Dès lors, nous ne pouvons que saluer la récente annonce du Conseil d’Etat de plafonner dès mi-2018 le poids des primes LAMal à 12% maximum du revenu. C’est un premier pas vers ce bouclier social qui doit préserver le pouvoir d’achat des ménages à hauteur de 10%, tel que voté dans le paquet RIE 3 vaudois et qui correspond à l’initiative populaire que le PS vaudois avait déposée en 2014.

Nous pouvons dire que dans le canton de Vaud, nous faisons le maximum en la matière, afin de permettre aux familles, aînés ou jeunes de pouvoir simplement vivre dignement.

Reste qu’il y a urgence à agir au plan national. Car les blocages concernant les nécessaires réformes viennent de Berne. Une des raisons est sans aucun doute le poids du lobby des assureurs maladie sous la Coupole fédérale.

Cela a été récemment mis en lumière par le fait de voir, à la présidence de chacune des chambres, des lobbyistes de 1er rang: Jürg Stahl (UDC/ZH), président du Conseil national, et Ivo Bischofberger (PDC/AI), président du Conseil des Etats, exercent tous deux des mandats pour le Groupe Mutuel. Et bien entendu, tous deux siègent en commission de la santé: sur 25 membres de la commission de santé du National, 10 sont liés à un assureur maladie, et 5 sur 13 aux Etats!

C’est pourquoi une initiative a été lancée pour imposer une claire incompatibilité entre l’exercice de la tâche publique déléguée par l’Etat de mettre en œuvre la LAMal et tout mandat de parlementaire fédéral, calqué sur le modèle prévalant pour les dirigeants de la Poste et des CFF.

Et comme il y a urgence à agir, une seconde initiative, soutenue par de nombreuses personnalités de tout bord politique, a été lancée afin de permettre enfin aux cantons qui le souhaiteraient de développer des caisses cantonales ou intercantonales, sur le modèle de caisses publiques. Ce texte permettrait enfin d’avoir une politique de la santé plus cohérente et plus transparente, une meilleure gestion des coûts avec notamment un effort sur la prévention, des primes d’assurance-maladie calquées sur les réels coûts de la santé et la fin d’un système de pseudo-concurrence qui n’a que trop démontré ses limites.

(24 heures)

Créé: 24.10.2017, 14h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Le président de La Poste n'échappe pas aux critiques, paru le 18 juin
(Image: Bénédicte) Plus...