La Suisse face à la Chine: même pas peur

L'invitéOlivier Feller trouve notre pays bien confiant alors que les entreprises chinoises sont soumises au contrôle de leur État.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un titre récent de «24 heures» ne pouvait pas passer inaperçu: «Huawei n’effraie pas les services secrets suisses». Qui donc pourrait avoir peur de l’entreprise chinoise si la Suisse se fait si confiante, quand bien même des mesures de sécurité seront prises de façon préventive à l’égard de l’opérateur chinois et de sa participation à la mise en œuvre de la 5G? Car Huawei est soumise au contrôle d’un État qui ne rigole pas avec ses intérêts nationaux. Une loi entrée en vigueur en juin 2017 dispose en effet que toutes les entreprises chinoises doivent coopérer avec les services de renseignements de Pékin en toute occasion. On peut difficilement être plus clair.

D’un côté, les Occidentaux éprouvent une véritable fascination pour le «miracle» chinois et le formidable développement économique et social que l’Empire du Milieu a réussis en quelques décennies. C’est un exploit même si l’on sait le prix auquel la population l’a payé sur le plan des droits humains et de la protection de l’environnement.

Mais à l’opposé, la férule implacable du régime, son intrusion dans la vie la plus intime des citoyens ont de quoi nous angoisser quand on voit la puissance d’investissement financier et d’innovation technologique dont Pékin bénéficie désormais.

Un exemple? Dans la compétition pour les nouvelles énergies, l’Europe a déjà perdu la bataille des panneaux solaires. Elle est – ou du moins elle était – en train de perdre celle des batteries au lithium. Car la récente annonce de la création d’un consortium européen dans ce domaine est une réaction bien tardive. Aujourd’hui, la Chine produit 60% des batteries au lithium pour les voitures électriques, l’Europe 1%. Et Pékin, qui dispose sur son sol de solides réserves de ce précieux métal, s’est approprié 50% des autres gisements, notamment au Chili.

C’est un aspect de la stratégie chinoise à long terme d’acquisitions de terres rares et d’investissements dans les infrastructures à l’échelle mondiale. Les nouvelles routes de la soie, dont Pékin tisse actuellement la toile, en sont le dernier symbole, plutôt pharaonique, qui n’a pas manqué d’impressionner le président de la Confédération, Ueli Maurer.

Tous les pays européens – la Suisse en est un – seraient bien inspirés de ne pas se montrer trop naïfs. Derrière les apparences, la politique étrangère de Xi Jinping ne fait qu’appliquer le conseil du très matois Deng Xiaoping: «Observer froidement, gérer les choses calmement, sécuriser ses positions, dissimuler ses capacités, attendre son heure, faire les choses là où c’est possible.» La ligne n’a pas changé. C’est simplement le champ du possible qui s’est ouvert en devenant gigantesque, surtout à l’échelle de notre petit pays.

Créé: 23.05.2019, 06h46

Olivier Feller, conseiller national PLR.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.