La nouvelle génération entre en politique par le climat

La rédactionXavier Alonso salue le retour du politique à la table familiale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est par le climat que les jeunes de 2019 entrent en politique. La génération de leurs parents avait généré des citoyens suisses actifs avec le débat de l’adhésion à l’Europe qui a rythmé, depuis ce fameux décembre 1992, la vie politique suisse. La précédente génération, celle des années 70, était celle de la contestation de l’impérialisme américain et occidental, et des changements sociétaux liés à l’émancipation des femmes, mus par les revendications qui avaient fleuri sur les barricades de Mai 68 et ensuite essaimé à travers toute l’Europe.

«Pourquoi est-ce que le taux de participation des votations en Suisse se situe autour des 40%?» Ce genre de questions posées par un adolescent à l’heure du petit-déjeuner ne manque pas d’étonner le père de famille, inquiet que sa propre descendance, abreuvée par les youtubeurs à la mode, ne limite son engagement qu’à l’insignifiance de l’humour potache. De toute évidence, il se passe quelque chose qui va au-delà des 22 000 jeunes qui ont défilé le 18 janvier dans toute la Suisse sous le credo de la «grève scolaire pour le climat». Car dans les classes de Suisse romande, les jeunes en parlent, débattent, se prennent à partie et se positionnent entre partisans de l’urgence climatique et indifférents.

L’adulte aurait tort de distribuer les bons et les mauvais points. L’essentiel est que cette génération vient de découvrir la politique. Elle se confronte, échange et acquiert dans l’action les codes de la démocratie. Comment se faire entendre, quelles revendications sont légitimes, comment mobiliser? Et encore: quelles sont les lois et les mesures existantes en lien avec le climat que la Suisse a votées et mises en œuvre? Comme exercice de TP (travaux pratiques) sur le civisme, on peut difficilement faire mieux.

«Rien ne permet aux générations précédentes de faire la leçon à celle de 2019»

Aussi, à chaque génération son urgence. Et les prochains rassemblements annoncés permettront de mesurer la qualité de l’engagement de ces jeunes. Le chœur des rabat-joie adultes qui ne leur renvoie que leurs contradictions leur fait un mauvais procès. Et ne devrait pas s’économiser une autocritique. En matière de contradictions, les soixante-huitards et les altermondialistes bobos des années 1990-2000 ont fait très fort. Rien ne permet aux générations précédentes de faire la leçon à celle de 2019.

Reste qu’il faut transformer l’exaltation des premières manifestations, avec ce doux parfum d’interdit qu’on peut leur envier, en un mouvement structuré qui permette quelques résultats. Encore une fois la vie de la cité, la politique. La chance et la singularité de ces «grèves pour le climat», qu’elles aient lieu un jour scolaire ou pas, est qu’elles font s’asseoir à nouveau la politique autour de la table familiale.

Car oui, ces jeunes nous interrogent sur nos propres démissions et notre manie de remettre à plus tard les décisions importantes. Et par ailleurs, je prends les paris: dans vingt ans, de nombreux ténors de la politique suisse nous diront s’être éveillés à la chose publique lors d’une marche en janvier 2019. (24 heures)

Créé: 01.02.2019, 06h52

Xavier Alonso, rédacteur en chef adjoint de la rédaction Tamedia.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.