La protection sociale est une affaire de jeunes

L'invitéPierre-Yves Maillard propose des solutions pour une croissance durable et la redistribution des richesses en Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cinquante-neuf milliards de bénéfices nets en neuf mois pour la BNS, 5 à 10 milliards par an ces dernières années pour la Confédération et les Cantons, plus de 100 milliards par an de dividendes pour les actionnaires, voilà la Suisse qui va bien, celle des institutions, des entreprises et de leurs propriétaires.

Soyons clairs, on préfère ça à la récession et à la dette publique. Le problème, c’est qu’il y a une autre Suisse, celle des salariés et des retraités. Et elle, elle commence à souffrir sérieusement. Dans une économie pourtant prospère, les salaires ont baissé en termes réels ces deux dernières années et les nouvelles rentes LPP ont chuté de près de 25% en quatre ans, en raison de la baisse drastique du taux de conversion dans la partie surobligatoire. Quant aux primes d’assurance maladie, elles ont progressé de 40 à 50 francs en moyenne par adulte et par mois en quatre ans.

À droite et dans les milieux économiques, on considère que tout va bien comme ça. Les stratèges financiers des grandes banques trouvent juste que la BNS devrait laisser grimper le franc, quitte à provoquer une récession, le plus tôt étant le mieux. Car ils pensent que les récessions sont inévitables, voire nécessaires. Quant aux retraites, leur solution est simple, baisser drastiquement le taux de conversion aussi dans la partie obligatoire et élever l’âge de départ à la retraite vers 67 ans, ou davantage.

Vous n’avez pas entendu beaucoup de candidats présenter les choses ainsi, mais c’est bel et bien le programme des forces dominantes du pays. Or les peuples du monde n’en peuvent plus de ce programme. C’est le même qui les jette en ce moment dans les rues, avec ou sans gilets jaunes, et qui fragilise dangereusement les démocraties.

«Derrière l’urgence climatique, il y a donc urgence à poser la question sociale»

Derrière l’urgence climatique, il y a donc urgence à poser la question sociale et à faire ce qui est possible. On peut plafonner les primes LAMal en fonction du revenu, on peut mobiliser les bénéfices de la BNS pour contribuer à trouver une solution au problème des retraites. Et de nombreux secteurs économiques peuvent enfin améliorer les salaires. Quant à la récession, il faut la repousser et la combattre, pas la souhaiter. Mais pour cela, il faut que l’argent circule, et cesse de s’accumuler toujours aux mêmes endroits.

Garantir une croissance durable, c’est respecter mieux l’environnement, mais c’est aussi garantir une formation professionnelle ainsi qu’un emploi aux jeunes et pas appauvrir les anciens ou les forcer à essayer de travailler jusqu’à près de 70 ans. La croissance durable qui donne un avenir aux jeunes, c’est assurer la protection sociale et se doter d’outils nouveaux de redistribution des richesses créées par le pays.

À sa modeste échelle, le Canton de Vaud a montré qu’on pouvait suivre une telle stratégie avec succès. Il est temps qu’une négociation s’engage à l’échelle du pays pour lui ouvrir une période d’espoir. Les anciens comme les jeunes en ont besoin!

Créé: 11.11.2019, 06h42

Pierre-Yves Maillard, président de l’Union syndicale suisse.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...