Les droits humains dès l’école primaire

L'invitéeManon Schick d'Amnesty International encourage l'éducation orientée vers le développement durable.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’éducation en vue du développement durable fait partie du rôle fondamental de l’école. Le respect de l’environnement, les droits humains, la participation à la vie citoyenne sont autant de valeurs qui doivent être transmises aux élèves, et ceci dès l’école primaire.

Samedi dernier à Berne, le congrès national pour l’éducation en vue du développement durable «Horizons21» a réaffirmé l’importance de cette branche. Celle-ci figure clairement dans les plans d’études, tant alémanique que romand, comme capacité transversale qui devrait être acquise par tous les élèves.

Pourtant, rares sont les écoles qui ont développé des cours dans ce domaine. Cela dépend souvent du bon vouloir des enseignants et des directeurs. Et vu la surcharge des programmes scolaires, il semble difficile de vouloir y rajouter encore une heure sur ce thème. C’est pourquoi il faut trouver d’autres pistes, comme combiner les disciplines entre elles et intégrer l’apprentissage de ces compétences dans un projet pédagogique global, pour toute une classe ou toute une école.

Il faut amener les élèves à penser des solutions pour mettre fin aux injustices

L’éducation aux droits humains ne peut d’ailleurs pas se limiter à un cours ex cathedra durant lequel l’élève apprendrait à réciter par cœur la Convention des droits de l’enfant. Ce serait inutile. L’enseignement de cette matière doit viser à éveiller l’esprit critique des jeunes et à leur donner les moyens d’agir. Prenons l’exemple d’enseignantes du lycée collège de La Planta à Sion qui ont fait appel à Amnesty pour montrer comment un objet de notre quotidien peut cacher des violations des droits humains. Au travers de l’analyse de la production d’un téléphone portable, les élèves ont évalué si l’extraction des métaux avait entraîné des violations des droits humains, notamment le recours au travail des enfants dans des mines de coltan en République démocratique du Congo, ou des conditions de travail déplorables dans une usine en Chine.

Mais il ne suffit pas de se limiter à susciter la réflexion chez les élèves. Il faut aussi les amener à penser des solutions pour mettre fin aux injustices. Nous ne voulons pas que les élèves deviennent des êtres humains informés mais cyniques, nous souhaitons au contraire qu’ils développent des idées innovantes pour faire changer les choses. Ces élèves valaisans ont par exemple rédigé un article dans l’agenda de leur école pour sensibiliser leurs camarades au fait que notre mode de consommation peut avoir un impact parfois néfaste sur la vie de gens qui vivent à des milliers de kilomètres.

L’éducation en vue du développement durable est une incitation à l’action en faveur d’un monde plus juste, ici et ailleurs. Les élèves, en tant que futurs citoyens, tiennent ce changement entre leurs mains. (24 heures)

Créé: 11.05.2015, 12h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...