Mme Leuthard, ses insomnies et la migraine des électriciens

L'invitéChristophe Reymond doute que les objectifs de la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération puissent être tenus.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans une récente émission télévisée, Mme Doris Leuthard, ancienne conseillère fédérale, évoquait les circonstances qui avaient amené le gouvernement à renoncer à l’énergie atomique après l’accident de Fukushima. «Je n’ai pas dormi pendant plusieurs nuits», déclarait-elle pour que l’on mesure la gravité de la décision.

Il a coulé de l’eau devant nos barrages et il s’est publié nombre d’études sur le réchauffement climatique depuis ces jours de 2011. L’administration et les parlementaires se sont d’abord chargés de mettre en œuvre ce tournant de notre politique, donnant naissance à la Stratégie énergétique 2050. Ce programme, approuvé en votation populaire en 2017, entraîne une transformation profonde de notre système d’approvisionnement. Outre la fin du nucléaire, il vise à diminuer l’importance des énergies fossiles au profit des énergies renouvelables indigènes.

Les plus récents indicateurs relatifs à notre approvisionnement énergétique et les dernières tendances de la politique climatique font douter que les objectifs puissent être tenus. La volonté de «décarboniser» est désormais affirmée, en Suisse comme à l’étranger, afin que soit mis en œuvre l’Accord de Paris. Il en résultera une hausse de la demande en électricité et une diminution de la puissance disponible à l’échelle européenne (dont nous dépendons pour une part non négligeable de notre consommation). Sans compter que la Suisse est bien loin d’un accord avec l’Europe qui l’inclurait dans le marché intérieur de l’électricité.

«Le remplacement du nucléaire par les énergies renouvelables ne se déroule pas comme dans la planification»

Du côté de la production indigène, le remplacement du nucléaire par les énergies renouvelables peine à se déployer comme la planification fédérale le prévoyait. Le photovoltaïque a bien sûr le vent en poupe et continuera de progresser. Il le faudra, car l’éolien piétine. On vise un parc de 600 à 700machines sur le territoire suisse d’ici à trente ans alors qu’il n’y en a pas 40 aujourd’hui, qui produisent 0,2% de la consommation du pays. Quant à la géothermie, personne ne la voit vraiment pouvoir se développer.

On ne doit pas oublier non plus que tout le système est fondé sur un subventionnement par lequel on garantit le rachat à prix coûtant du courant propre mais produit bien au-dessus des prix du marché. Or la Confédération annonce depuis longtemps la fin du système pour 2022.

Au fond, notre politique énergétique est tiraillée entre des objectifs et des réalités quasi impossibles à aligner. S’il faut fixer des priorités entre développement durable, lois du marché et sécurité de l’approvisionnement, les entreprises et la majorité des citoyens choisiront cette dernière. Il va donc falloir reprendre un certain nombre de scénarios.

Mme Leuthard, maintenant retirée des affaires, a retrouvé le sommeil. Les électriciens, eux, n’en ont pas fini avec les insomnies.

Créé: 19.11.2019, 06h41

Christophe Reymond, directeur du Centre Patronal.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.