Pour consolider les retraites, il faut s’écarter des dogmes

La rédactionPatrick Monay observe la valse à deux temps de la semaine écoulée autour de l'avenir des rentes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alliés du Conseil fédéral un jour, adversaires de ce même gouvernement le lendemain. La valse à deux temps à laquelle on a assisté cette semaine à Berne n’augure rien de bon pour l’avenir de nos retraites. Les représentants des syndicats et du patronat sont entrés dans la danse mardi en présentant un compromis intéressant destiné à atténuer la diminution des rentes du 2e pilier. Le lendemain, les mêmes partenaires sociaux ont tiré à boulets rouges sur le nouveau projet de réforme de l’AVS, le premier pilier toujours plus fragile de la prévoyance vieillesse.

Les syndicats, mais aussi les socialistes et les militantes de la récente grève féministe, s’agrippent à une retraite à 64 ans pour les femmes, en dénonçant les inégalités qui perdurent. Les disparités salariales sont hélas loin d’être gommées entre hommes et femmes. Une fois à la retraite, ces dernières touchent, de surcroît, des rentes nettement plus basses en moyenne. La Suisse, ajoute la gauche, doit en priorité améliorer sa politique familiale pour mettre les femmes sur un pied d’égalité avec les hommes sur le marché du travail.

La droite et les milieux patronaux, de leur côté, saluent la volonté du Conseil fédéral d’harmoniser l’âge de référence de la retraite à 65 ans, mais flinguent les mesures compensatoires prévues pour permettre aux femmes concernées d’amortir le choc. Trop coûteuses, selon eux. De même, ils s’opposent à l’augmentation de la TVA (0,7 point) envisagée pour financer la réforme.

«Les ingrédients n’ont guère changé, même si les dosages ont été modifiés ici et là»

Les fronts n’ont pas bougé depuis le jour où le ministre Alain Berset a présenté sa grande réforme Prévoyance 2020, refusée dans les urnes en 2017. C’est que les ingrédients n’ont guère changé, même si les dosages ont été quelque peu modifiés ici et là. Et pour cause: la recette miracle n’existe pas. Avec le vieillissement inéluctable de la population, impossible de garantir à long terme des rentes inchangées à tout le monde sans toucher à la durée ou au montant des cotisations. Ou sans faire des sacrifices ailleurs.

Il faudra donc bien que les acteurs du dossier mettent de l’eau dans leur vin. Continuer à faire du surplace serait dangereux, personne ne le conteste. Le risque, c’est que de plus en plus de retraités doivent recourir à l’aide sociale pour boucler leurs fins de mois. Le projet mijoté par le gouvernement pour consolider l’AVS va dans la bonne direction, en prévoyant un départ à la retraite flexible entre 62 et 70 ans, avec des mesures destinées à encourager celles et ceux qui veulent travailler au-delà de 65 ans. Quant à la prévoyance professionnelle, les propositions des syndicats et des employeurs jettent les bases d’une réforme équilibrée du 2e pilier. On se prend à rêver d’un coup de génie politique, comme celui qui a permis, cette année, de faire aboutir la réforme fiscale des entreprises en la liant au financement de l’AVS. C’est un pari ambitieux. Mais, pour réussir, partis et partenaires sociaux doivent s’écarter de leurs dogmes.

Créé: 05.07.2019, 06h48

Patrick Monay, chef de la rubrique Suisse.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...