Protégeons le CHUV, indispensable aux Vaudois

L'invitéPierre-François Leyvraz souhaite un débat constructif sur l'hôpital.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

J’ai consacré ma vie au CHUV. J’y suis entré en commençant comme aide-infirmier et étudiant veilleur, puis j’ai eu la chance de connaître différents niveaux de responsabilités jusqu’à en devenir le directeur général en 2008. J’y ai passé plus de temps sans doute qu’avec ma propre famille et d’une certaine manière j’ai, avec cet hôpital et ses collaborateurs, un certain lien de parenté qui a nourri mon action et justifie mon profond attachement à son développement et à son avenir. À une quinzaine de mois de mon départ, à l’heure où les joutes politiques s’annoncent intenses, il me paraît important de rappeler quelques points.

Avant toute chose, le CHUV assume des missions universitaires multiples mais il est, en définitive, l’hôpital de référence ultime pour les Vaudoises et les Vaudois. Au cours de ces dix dernières années, il s’est développé de manière remarquable dans tous les domaines de la médecine de pointe.

«À l’heure où les joutes politiques s’annoncent intenses, il me paraît important de rappeler quelques points»

Ces développements ont été possibles grâce au soutien quasi unanime des élus de tous bords et donc du parlement dans sa large majorité, qui a voté année après année tous les crédits nécessaires à ces progrès indispensables pour affronter le futur.

Onze mille professionnels hautement compétents et dévoués sont présents 365 jours par année, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Si, comme ces derniers jours, le CHUV devient l’enjeu de polémiques partisanes, cela pourrait avoir une incidence négative sur son épanouissement et les motivations de ses collaborateurs. La médecine, faut-il le rappeler, est un art difficile.

Les discussions actuelles sur sa gouvernance sont légitimes, et nous sommes ouverts au débat. Cependant, je ne peux que souhaiter qu’il ait lieu de façon constructive. Si le CHUV a pu attirer, au fil de ces dernières années, des praticiens et des scientifiques mondialement réputés, c’est essentiellement grâce à ses infrastructures, à la stabilité politique qui l’environne, à une vision ambitieuse de son développement et… à un cadre de vie magnifique. En effet, ces professionnels de haut vol sont beaucoup plus sensibles à l’environnement de travail qu’à leur rémunération.

Des efforts constants

Reste que l’exigence de qualité a un prix. Même si cela ne dispense pas l’hôpital de faire des efforts constants pour utiliser les deniers publics de manière efficiente, ce que nous nous employons à faire tous les jours. Certains reprochent au CHUV une gestion peu transparente. Or il est régi par un plan stratégique lui-même soumis et accepté par les autorités politiques, il est l’objet de contrôles d’audits réguliers et indépendants, il répond régulièrement aux questions des commissions spécialisées du parlement, du Contrôle cantonal des finances et de la Cour des comptes.

Le CHUV est un acteur central du système de santé de ce canton. J’ai à cœur de rappeler qu’il mérite d’être protégé des aléas et des querelles éphémères. En la matière, mieux vaut prévenir que guérir: les équilibres de l’hôpital sont lents à construire mais rapides à détruire. (24 heures)

Créé: 07.10.2018, 21h31

Pr Pierre-François Leyvraz, directeur général du CHUV.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...