Quand certaines Communes riches refusent la solidarité

L'invitéPierre Dessemontet regrette que les autorités de villes et villages parmi les plus aisés du canton revendiquent l'inégalité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce jeudi 23 janvier, les Municipalités de Rolle et de Crans-près-Céligny ont invité les représentants des communes vaudoises à des «assises sur la facture sociale», lors desquelles il sera exigé une reprise complète de la facture sociale par le Canton, sans autre forme de procès – une proposition choc qui mérite qu’on s’y arrête un peu.


Lire aussi: Qui commande paie, pour la facture sociale aussi!


Selon le décompte final de la facture sociale incombant aux communes pour 2018, cette dernière représente un total de 790 millions de francs. Une reprise complète de cette somme alourdirait le budget cantonal d’autant, faisant passer le Canton d’une situation de bénéfice structurel de l’ordre de 300 millions de francs à une situation de déficit structurel d’environ un demi-milliard de francs par an – une situation qui provoquerait soit une hausse des impôts cantonaux qu’on peut évaluer à 15 points, soit une baisse correspondante des prestations de l’État.

De leur côté, les communes vaudoises prises dans leur globalité se verraient dotées de 790 millions de francs supplémentaires, passant d’une situation de quasi-équilibre – en 2018, elles accusaient un déficit cumulé d’environ 21 millions de francs – à une situation immensément bénéficiaire. En bref, on passerait d’une situation de déséquilibre à une autre, infiniment plus marquée.

Mais il y a encore pire: ce retour aux communes se ferait de manière extrêmement inégalitaire. En effet, la facture sociale telle qu’actuellement perçue comporte un fort effet péréquatif: la majorité de la facture sociale est calculée en points d’impôts – plus la capacité fiscale d’une commune est forte, plus elle paie, selon le principe de la flat tax; en outre, une part subsidiaire de la facture est issue de l’écrêtage, un mécanisme progressif qui fait porter une part supplémentaire de la facture aux communes les mieux dotées fiscalement.

«Supprimer ce système, ce serait rendre l’argent de la facture sociale de manière disproportionnée aux communes les plus aisées du canton»

Supprimer sans autre forme de procès ce système, ce serait donc rendre l’argent de la facture sociale de manière disproportionnée aux communes les plus aisées du canton, celles qui en ont le moins besoin, dont les taux d’impôt sont déjà parmi les plus bas, et qui n’auront pas d’autre chose à faire de cet argent que de baisser encore leurs impôts. Elles pourraient ainsi compenser, pour elles uniquement, la hausse concomitante des impôts cantonaux, accroissant au passage la concurrence fiscale au détriment des nombreuses communes moins bien dotées qu’elles et qui ne pourraient pas suivre – et tant pis pour la solidarité.

Que la péréquation intercommunale doive être revue, c’est l’évidence – tout le monde s’y est d’ailleurs engagé. Mais ce n’est pas en jouant les éléphants dans le magasin de porcelaine que certaines riches communes de La Côte peuvent escompter y parvenir.

Créé: 23.01.2020, 06h49

Pierre Dessemontet, député, vice-président du Parti socialiste vaudois.

Articles en relation

Qui commande paie, pour la facture sociale aussi!

L'invitée Dominique-Ella Christin considère que les Communes ne devraient plus financer la politique sociale du Canton. Plus...

Le syndic qui veut la peau de la facture sociale

Portrait Avant de se lancer dans la politique à Crans-près-Céligny, Robert Middleton a été un lobbyiste à Bruxelles et un humanitaire au Pamir. Plus...

À propos de facture sociale et d’impôts communaux

L'invité Didier Lohri revient sur les relations fiscales compliquées entre Canton et Communes. Plus...

Rolle refuse de payer la facture sociale au Canton

Finances Le Conseil communal a supprimé plus de 16 millions de charges au budget 2020. Plus...

Les syndics mènent leur fronde devant la justice

Facture sociale Les élus de Crans-près-Céligny et Rolle lance un mouvement démontrer que la facture sociale est anticonstitutionnelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.