Une alimentation saine pour chaque famille… vraiment?

L'invitéeClaire Attinger met en avant la nécessité de soutenir les actions de promotion de la santé et du bien-être.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Respect de la nourriture, plaisir de cuisiner et de bien manger ont figuré au programme de la récente Semaine du goût. Elle affichait aussi une volonté de promouvoir notre bien-être et notre santé à travers la consommation d’une nourriture la plus variée et équilibrée possible. Dans ce cadre, le soutien de la collectivité publique est indispensable, même si nos choix alimentaires se restreignent parfois à des habitudes familiales.

Pour dépasser les habitudes privées de consommation, les collectivités se doivent de promouvoir une politique qui mène de front une campagne active de promotion de la santé et des actions concrètes de terrain. Comment atteindre ce parangon de vertu alimentaire sans renier définitivement nos habitudes parfois trop axées sur le gras et le sucré? De plus, la question de l’origine des produits que nous consommons et leur accessibilité demeure une vraie gageure, pour les familles, notamment celles qui sont exclues ou s’isolent parce que l’argent vient à manquer.

«Une campagne active de promotion de la santé et des actions concrètes de terrain»

Ce sont avant tout les personnes aux revenus et niveau de formation les plus bas qui mangent gras et sucré: ces produits sont souvent moins chers ou en promotion. Comme dans d’autres domaines, la publicité vise un public docile, moins critique peut-être et sans doute moins informé. Il faut avoir l’esprit et le corps libres de soucis, de craintes pour ne pas y succomber. Si dès le 8 du mois l’argent fait défaut, quelle disponibilité reste-t-il pour s’investir à de nouvelles habitudes, notamment alimentaires?

Paradoxalement, la part du budget des Suisses dédiée à l’alimentation ne cesse de baisser. Aujourd’hui, elle en représente 6,3%. Les autres charges fixes restent beaucoup plus importantes. au détriment notamment des produits «bios» réputés plus chers que les produits issus de la culture «traditionnelle». Pourtant, des alternatives existent pour permettre un accès à une alimentation saine, variée et équilibrée.

Auprès des jeunes

Consciente de ces nouveaux enjeux de santé publique, la Ville de Lausanne entreprend toute une série d’actions de sensibilisation, notamment auprès des jeunes. Des programmes d’éducation alimentaire voient le jour, des produits durables, de proximité et de saison composent les menus consommés dans les garderies, les APEMS et les réfectoires. Il s’agit de proposer de nouvelles actions et de se déplacer dans les quartiers, de cuisiner ensemble, en s’associant à des animations et à des ateliers adaptés.

L’ONU définit la sécurité alimentaire comme une «situation dans laquelle toutes les personnes ont un accès physique, social et économique durable à une nourriture suffisante, sûre et nutritive qui répond à leurs besoins diététiques et à leurs préférences alimentaires, pour mener une vie saine et active». Cette définition doit nous rappeler que nous pouvons tous agir: hamburgers et frites, légumes et fruits… tout est question d’équilibre de choix de produits et de rythme dans notre consommation.

Créé: 03.10.2019, 06h54

Claire Attinger, déléguée à la politique familiale, Ville de Lausanne.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.