Une éducation 4.0 pour préparer au monde de demain!

L'invitéMarc Dreyer plaide pour une modernisation des méthodes d'enseignement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec l’avènement de la société digitale, nous devons nous préparer à une profonde mutation du monde du travail. Notre groupe de réflexion des Vert’libéraux s’est penché sur la question. Si nul ne sait à quoi ressemblera vraiment la société de demain, les prévisions de nombreux experts s’accordent pour dire que chacun doit se préparer à: – faire ce que l’ordinateur ne fait pas bien: collaboration, communication, pensée critique et créativité; – posséder une culture numérique, ce qui est bien plus que d’apprendre à coder; – exercer plusieurs métiers dans sa vie, donc remettre en cause son savoir-faire jusqu’à un âge avancé.

Concrètement, cela implique les actions suivantes:

– renforcer l’enseignement des compétences fondamentales: la langue maternelle, qui structure la pensée, ainsi que les maths et la statistique, à la base des sciences sociales et de la vie. En effet, elles constituent le socle de la formation continue. Pour ce faire, il faut tirer parti de l’expérience des pays à la pointe dans les tests PISA (Finlande, Singapour) et viser l’excellence.

– communication, collaboration, pensée critique et créativité doivent être enseignées et surtout pratiquées dans des situations concrètes et interdisciplinaires. Dans ce cadre, on apprendra à rechercher les informations, à les structurer, à formuler des solutions de façon critique et à les communiquer. On utilisera les outils de l’informatique en pratiquant le travail de groupe et l’interdisciplinarité. C’est le principe de l’apprentissage par projet, qui prépare beaucoup mieux au monde du travail qu’un gavage encyclopédique indigeste. S’y ajouteront deux compléments indispensables: la résilience et les éléments d’éthique qui permettront aux futurs citoyens de construire le monde qu’ils veulent.

– la pensée computationnelle, soit l’aptitude à analyser une situation et la transcrire en processus numérisables, doit être stimulée et étendue, en y incluant les éléments d’«hygiène numérique». Elle fait heureusement l’objet d’une attention soutenue de nos autorités. Ce type d’enseignement nécessitera d’adapter nos infrastructures vers des espaces modulables de type ateliers, permettant le travail de groupe ainsi que des horaires et un cadre de travail flexibles. Il faudra soutenir les besoins des enseignants par des programmes de requalification pour s’adapter aux nouvelles technologies et modes d’enseignement.

«Notre école est encore beaucoup trop imprégnée de celle du XIXe siècle»

Notre école est encore beaucoup trop imprégnée de celle du XIXe siècle, conçue pour transmettre un savoir destiné à durer toute une vie dans un cadre rigide. Avec la société du «big data» et de l’intelligence artificielle, il faut maintenant nous préparer à des défis bien différents, transmettre des compétences bien différentes aussi, avec des méthodes bien différentes. (24 heures)

Créé: 07.02.2019, 06h56

Marc Dreyer, membre du groupe de travail des Vert’libéraux.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.