Une longue nuit trop courte au Royal de Sainte-Croix

L'invitéOlivier Delacrétaz raconte une nuit consacrée au septième art avec des gymnasiens d'Yverdon.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis dix ans, Anne et Camille, deux enseignantes du Gymnase d’Yverdon, organisent une Nuit du cinéma à la salle du Royal, à Sainte-Croix. Sous le titre général de «Coups de cœur», nous verrons quatre films, chacun précédé d’un court métrage: «Singing in the rain», où Gene Kelly et Debbie Reynolds illustrent en danses et en chansons le passage du muet au parlant; «Smoke», qui, sur un scénario de Paul Auster, raconte à touches légères les heurs et malheurs d’un petit monde gravitant autour de Harvey Keitel, gérant d’un magasin de tabac, et de William Hurt, un écrivain qui n’écrit plus; «Vivement dimanche!» centré sur la belle Fanny Ardant, dont le réalisateur, François Truffaut, était alors follement épris; et «Green Book», la tournée, dans le sud des États-Unis, d’un pianiste noir, génial et solitaire, interprété par Mahershala Ali, et de son conducteur et garde du corps italo-irlandais, fruste et heureux de vivre, Viggo Mortensen.

À la fin de la première projection, vers 21 h 15, les personnes présentes, soit plus de 150 gymnasiens, une vingtaine d’enseignants et quelques invités, font la queue, un verre à la main, pour accéder à une monstrueuse paella cuisinée et servie, comme chaque année, par le directeur du Gymnase, qui se trouve être le sosie de François Berléand. L’ambiance est calme, pas de chahut, pas d’«incivilités».

On reprend à 22 h 30. À minuit, on entend en voix off, comme à la gare: «Les gymnasiens qui redescendent en bus sont priés…» Le troisième film est plus dur à supporter, physiquement s’entend: la peau du crâne commence à démanger sérieusement, les paupières brûlent, les corps sont engourdis, les gestes, incertains, les paroles, vagues. Le vin rouge stagne au fond des verres. On a froid aux os. Des élèves s’enroulent dans des couvertures.

Il se passe aussi des choses excellentes au gymnase d'Yverdon, liant les élèves, les enseignants et la direction dans une belle aventure de culture et d’amitié

Une des animatrices, pelotonnée dans un énorme duvet, s’abandonne à quelques instants d’un mauvais sommeil. Nous regagnons nos places en somnambules. Seule la tension du dernier film, entretenue par la performance des acteurs, nous tient les yeux ouverts.

Et puis la nuit bascule. Il est 6 heures. Sainte-Croix s’éveille. Le corps retrouve son rythme ordinaire et dépose sa lassitude. Dans la rue, les participants boivent un café et grignotent un petit pain tout frais. La rencontre de la lumière artificielle et de la douce clarté de l’aube donne aux visages des teintes vampiriques jaunâtres qui se dissipent peu à peu dans la brise du matin.

On a beaucoup parlé des malheurs du Gymnase d’Yverdon. Il était juste de rappeler qu’il s’y passe aussi des choses excellentes, comme cette nuit-là, liant les élèves, les enseignants et la direction dans une belle aventure de culture et d’amitié. Cela ne nous regarde pas, bien entendu, mais nous peinons à imaginer que cette tradition puisse disparaître.

Créé: 11.06.2019, 06h48

Olivier Delacrétaz, président de la Ligue vaudoise.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.