Vers une Église protestante vaudoise apaisée?

L'invitéJacques Guignard revient sur la crise que connaît l’EERV.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’EERV (Église évangélique réformée du canton de Vaud) traverse une crise résultant dans une large mesure de sa gestion chaotique des ressources humaines (RH) au cours des dernières années. L’exécutif, le Conseil synodal, et l’Office des ressources humaines ont cru bon d’appliquer certaines techniques de management de façon schématique et maladroite, faisant preuve dans certains cas d’une cruelle absence de sens humain. Cela a abouti en particulier au licenciement d’au moins huit ministres en quelques années. Dans son souci de mettre fin à une situation qui ne peut durer, le Conseil synodal a décidé de retirer au responsable des RH ses prérogatives juridiques, administratives et financières, tout en lui attribuant la fonction de responsable des ministères. Cette décision a suscité une levée de boucliers au sein de l’EERV, dont 142 ministres et employés ont adressé au Conseil synodal une pétition lui demandant de surseoir à toute décision et de laisser le futur conseil, qui entrera en fonction en septembre prochain, gérer la situation.

«Nos ministres sont subitement pris d’une audace qui contraste singulièrement avec le silence qu’ils avaient observé jusque-là»

Jusqu’alors, les ministres avaient fait preuve d’une loyauté frisant la servilité envers le Conseil synodal. Soit en approuvant les yeux fermés les licenciements, soit en se murant dans un silence de marbre. On peut s’étonner que, devant la vulnérabilité de cet organe, dont cinq membres (sur sept) ne sollicitent pas un nouveau mandat, nos ministres soient subitement pris d’une audace qui contraste singulièrement avec le silence qu’ils avaient observé jusque-là. Après avoir tancé le pasteur trublion Daniel Fatzer pour sa grève de la faim en 2016, ils en viennent à leur tour à contester leur autorité hiérarchique. Surprenant retournement de situation!

L’engagement d’une personne au bénéfice d’une solide formation RH est nécessaire pour libérer le Conseil synodal des nombreux problèmes qui ont tristement émaillé la vie de l’Église au cours des dernières années et pour lui permettre de se consacrer principalement à ce pour quoi il existe au premier chef, la direction stratégique et spirituelle de l’Église. Sa décision d’écarter l’actuel titulaire est donc pleine de sens et ouvre la perspective d’une ère de renouveau. Cela pour autant que la répartition des tâches au sein des RH laisse au futur titulaire une vraie autonomie et lui permette de pratiquer une politique du personnel digne d’une Église.

L’EERV joue un rôle spirituel et social précieux pour notre canton. Le débat en cours sur cette question, s’il est mené dans un esprit de vérité et de bienveillance authentiques, sous l’inspiration de l’Esprit saint, l’aidera à franchir une étape nouvelle qui la conduira à proclamer dans l’unité les valeurs d’espérance, d’amour et de justice qui sont au cœur de son message.

Créé: 08.04.2019, 06h44

Jacques Guignard, président de l'Association «Résistance Réconciliation dans l’EERV».

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.