Passer au contenu principal

Amour vache au PLR

Grand bastringue populaire, la Fête des Vignerons bat son plein. Bien sûr, la plupart de nos élus veulent prendre part aux réjouissances et certains en font un peu trop.

En débarquant au Grand Conseil, lors de la législature précédente, le PLR Maurice Neyroud avait déposé une motion intitulée «Gardons nos origines». Le vigneron de Chardonne souhaitait que les bourgeois des communes qui fusionnent conservent le nom de l’ancienne commune d’origine dans leurs papiers d’identité.

Six ans plus tard, ce sont encore des histoires de papiers et d’origines qui causent des misères à «sa» vache. Pépite d’or devait participer à la Fête aux côtés d’Hochiminne, de Chantal, de Babygril ou encore de Tunisie. Cette red holstein de près de 3 ans fait partie des quarante laitières sélectionnées pour accompagner les chanteurs du «Ranz des vaches» lors du spectacle. En mai dernier, dans les colonnes de ce journal, le député de Chardonne disait son «immense fierté» à l’issue du casting des vaches de la Fête: «Avec un grand-père vigneron et l’autre paysan, j’avais aussi envie d’apparaître autrement que comme vigneron à la Fête. Mais cela sans voler la vedette aux vrais éleveurs.» Sur le dernier point, c’est réussi! Pépite d’or a été écartée avant le début des festivités.

Que peut-on bien reprocher à cette frisonne décrite comme «très docile»? «Je ne suis pas habilité à en parler, regardez avec Éric Sonnay», répond très sérieusement Maurice Neyroud. Le Sonnay en question est responsable des écuries pour la Fête. Il est également député PLR, mais il répond avec un peu plus de bonhomie que son collègue de parti: «Monsieur Neyroud n’a pas de numéro d’exploitation BDTA, ce que je ne savais pas. Vis-à-vis des éleveurs ce n’est pas correct. La vache a donc été retirée.»

«La red holstein est domiciliée à 60 bornes de l’arène de Vevey. C’est loin du périmètre de recrutement des bêtes»

Les marques d’identification aux oreilles de Pépite d’or renvoient à un numéro dans la banque de données sur le trafic des animaux (BDTA) qui domicilie cette red holstein à soixante bornes de l’arène de Vevey. Précisément, dans le Jura - Nord vaudois, à Lignerolle, chez Olivier Petermann. Un autre député PLR. C’est loin du périmètre de recrutement des bêtes fixé par le comité d’organisation de la Fête, à savoir le district de la Veveyse du côté fribourgeois et les syndicats d’élevage bovin de la région de Vevey du côté vaudois. «Il voulait avoir une vache dans le spectacle en souvenir de son grand-père paysan, alors je lui en ai vendu une», raconte Olivier Petermann qui, lui, est réellement éleveur. Malgré l’achat, la grolle est restée dans sa ferme de Lignerolle. «Avec Maurice Neyroud on plaisantait en disant que j’étais son paysan-tâcheron», se rappelle-t-il.

La combine aurait pu marcher si Pépite d’or avait été placée et enregistrée dans une exploitation de la région de Vevey. Mais peut-être que les vaches ont aussi le droit de garder leurs «origines».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.