L’argent des armes plutôt que la tradition humanitaire

L’invitéeManon Schick s'oppose aux exportations d’armes suisses vers les pays en guerre civile.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Conseil fédéral a toute latitude pour assouplir notre législation et autoriser des exportations d’armes vers des pays en guerre civile. Ainsi en ont décidé cet été les deux commissions de sécurité de notre parlement.

Justification avancée: la situation «tendue» dans l’industrie d’armement suisse. On ne peut manquer de s’étonner d’un tel argument. La lecture du rapport annuel 2016 de RUAG, principale entreprise de fabrication d’armes en Suisse, nous apprend en effet que «RUAG a réalisé le chiffre d’affaires le plus élevé de son histoire». 2017 n’est visiblement pas en reste: «Avec un chiffre d’affaires net de 1955 millions (contre 1858 millions en 2016), RUAG a une nouvelle fois battu le niveau record de l’exercice précédent, le dépassant de 5,2%.»

«Notre système actuel de contrôle des exportations d’armes est déjà tout sauf transparent»

Les affaires sont donc très bonnes, même si les exportations ne représentent qu’une petite part de ce total et connaissent une légère baisse. Malgré tout, le Conseil fédéral considère qu’il faut quand même assouplir l’ordonnance sur le matériel de guerre. Cela afin que notre industrie d’armement puisse exporter plus largement, y compris dans des pays qui connaissent un conflit interne. Au risque de compromettre durablement l’image de la Suisse comme pays à tradition humanitaire ou comme pays hôte de négociations de paix.

Comment en effet justifier d’accueillir des pourparlers entre les forces en conflit si l’on fournit en même temps des armes à l’une des parties? Et comment justifier que la Suisse livre d’une main des armes à des pays en guerre civile et de l’autre finance des programmes humanitaires pour sauver des vies dans ces mêmes pays?

De graves lacunes

Notre système actuel de contrôle des exportations d’armes est déjà tout sauf transparent. Le récent audit du Contrôle fédéral des finances a mis en évidence de graves lacunes. Les contrôleurs du Secrétariat d’État à l’économie manquent d’une certaine «distance critique par rapport aux entreprises contrôlées et à leurs lobbyistes», les contrôles ne sont pas suffisamment efficaces et les failles de la loi offrent aux entreprises d’armement des «possibilités d’exportation alternatives

C’est ainsi que des armes dont l’exportation a été refusée par le Conseil fédéral à l’Arabie saoudite ont tout de même été livrées aux Saoudiens via un pays tiers. Au lieu d’assouplir à nouveau l’ordonnance sur le matériel de guerre, le Conseil fédéral ferait mieux de remédier aux graves lacunes des contrôles actuels afin qu’aucune arme suisse ne tombe aux mains d’États de non-droit ou de groupes terroristes.

Et si nos autorités persistent à vouloir l’argent des armes plutôt que sauvegarder la tradition humanitaire de la Suisse, une large coalition se prépare à lancer une initiative populaire «Contre les exportations d’armes vers les pays en guerre civile». (24 heures)

Créé: 10.09.2018, 21h35

Manon Schick, directrice d’Amnesty International Suisse.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...