Aubonne a démontré toute sa pingrerie

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comme dit le proverbe: ce n’est pas la petite bête qui va manger la grosse. Aubonne devrait aujourd’hui en prendre de la graine. Pour une commune de cette importance, reconnue par l’Etat comme un centre régional avec ses nombreux services et commerces, le résultat cinglant et sans appel au projet de fusion est une honte.

Aubonne doit aujourd’hui assumer pleinement les véritables raisons qui l’ont poussée à se replier sur elle-même. Car, non, ce n’est pas la peur de la perte d’identité ni d’autonomie communale qui est ressortie hier des urnes. Les raisons sont de l’ordre de la pingrerie, renvoyant une image d’autant plus catastrophique au reste de la région. Il ne faudrait surtout pas que les trois petites communes «pauvres» de l’arrière-pays tapent dans le joli capital de la «riche».

Quant à la prétendue incohérence territoriale brandie par les opposants, il faut rappeler que Saubraz, Saint-Oyens et Montherod ont fait partie d’un seul et même district: Aubonne. Et que sa disparition en 2008 avait suscité une vive émotion, notamment auprès de l’ancien chef-lieu. Certes, il y a des synergies et des affinités plus grandes avec certains voisins. Mais rien n’aurait empêché la nouvelle entité de relancer un processus de fusion avec d’autres.

Créé: 13.09.2015, 20h39

Articles en relation

Aubonne balaie sèchement le mariage avec ses voisins

Union Dimanche, Aubonne a fait capoter le projet de fusion, largement accepté à Saubraz, à Montherod et à Saint-Oyens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.