Au-delà du mythe, un pas vers le dialogue social

L’invitéOlivier Meuwly revient sur le «grand frisson» que fut la grève générale de 1918.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Novembre 1918: le 11, les canons se taisent enfin sur le front occidental, après tant de morts. L’Europe est exsangue, la famine règne. Les neutres, y compris la Suisse, ne sont pas épargnés. La situation sociale est explosive alors qu’un nouvel espoir est né du côté de la Russie, un an auparavant: et si une autre façon de vivre était possible? La révolution bolchevique n’annoncerait-elle pas des lendemains heureux après tant de désastres?

«L’heure semble au changement. En Suisse comme partout, le socialisme a le vent en poupe.»

L’heure semble au changement. En Suisse comme partout, le socialisme a le vent en poupe. À Zurich, le monde des employés de banque est en émoi. La grève se prépare. Et pourquoi pas une grève générale, entonne l’extrême gauche socialiste. L’instrument n’est pas inconnu en Suisse: plus de 2000 conflits du travail ont été dénombrés depuis 1860. Deux grèves générales sont restées dans les annales: en 1907 dans le canton de Vaud et en 1912 à Zurich. Elles avaient provoqué un profond traumatisme dans le camp bourgeois.

A lire aussi: Un événement incontournable de l’histoire de la Suisse

Qu’en sera-t-il en cet automne 1918? La gauche est divisée: les modérés sont réservés alors que les jusqu’au-boutistes rêvent déjà du Grand Soir, de la fin du capitalisme comme l’avait prophétisé Lénine. La grève éclate: panique chez les bourgeois qui sentent le parfum de la révolution embaumer les villes helvétiques. L’opération serait-elle téléguidée depuis Moscou? Le soupçon sera vite évacué, mais les nerfs sont à vif. La troupe est convoquée, le général Wille, commandant de l’armée durant la guerre, se voit en sauveur de la nation, des gardes civiques sont mises sur pied pour épauler la force publique.

Le Conseil fédéral préfère négocier avec les leaders de la grève, le comité d’Olten. On transigera: on promet notamment une AVS, et surtout d’avancer à 1919 les élections fédérales, qui devront se dérouler à la proportionnelle, que le peuple vient enfin d’accepter.

C’est sans doute le tournant… et la fin des espérances d’un grand chambardement imminent. Certes, les radicaux s’effondrent, mais les conservateurs catholiques se maintiennent. Les socialistes sont les grands vainqueurs, mais ils doivent partager leur triomphe avec les agrariens, situés à droite des radicaux.

Le PS comprend le message: la révolution n’est pas pour demain, le réformisme se dessine. Son aile gauche se tournera vers le communisme, alors que les syndicats vont demander un rapprochement avec le patronat et la droite. Le PS finira par se résigner. Peu à peu se trace un chemin vers une grande réconciliation que symboliseront la Paix du travail de 1937 puis l’élection de Nobs au Conseil fédéral.

La grève générale de 1918? Un grand frisson qui rappelle les forces de chacun et déblaie le terrain pour l’instauration d’un dialogue social sous l’égide de la démocratie directe. (24 heures)

Créé: 03.09.2018, 06h46

Débat public

Nous vous invitons à participer au grand débat public organisé avec «24 heures» le mercredi 12 septembre 2018 à 18 h 30 dans la salle du Conseil communal de Lausanne.

Olivier Meuwly, historien

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.