Les autorités sous-traitent leurs responsabilités!

L'invitéPhilippe Somsky dénonce ce qu'il considère comme un manque de courage politique de nos élus.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nos politiques refusent de réglementer le suremballage des produits vendus en magasin. Par conséquent, au lieu de régler le problème à la source, ils nous offrent la liberté de nous débattre avec cette montagne de plastique et de cartons, de trier à tout va, de courir à la déchetterie: voilà comment passe notre temps libre…

Nos politiques soutiennent le Cassis de Dijon et quantité d’accords de libre-échange qui permettent d’importer des denrées en dessous des standards suisses, que l’on impose pourtant à nos producteurs. Quel gain de liberté appréciable d’avoir le choix entre des jus de fruits sans fruits et des jambons gorgés d’eau et de nitrates! Le Conseil fédéral nous promet d’ailleurs un avenir riche en huile de palme grâce à une belle collaboration avec les autorités indonésiennes…

Nos politiques nous rappellent combien il est important de manger sainement, mais refusent de faire inscrire le logo Nutri-Score indiquant la qualité nutritionnelle des aliments et des boissons. De fait, ils renoncent également à taxer les boissons sucrées, certainement afin de leur permettre d’être bientôt plus compétitives que l’eau.

Et que dire de leur refus de lutter contre les faillites abusives dont tant de personnes sont victimes, reportant ainsi la charge sur les individus? C’est une belle liberté que de pouvoir être lésé pour la seule raison que les autorités ne souhaitent pas légiférer.

«Notre «liberté» se construit ainsi sur une pléthore de choix résultant de l’irresponsabilité de nos élus et de leur manque de courage politique.»

À l’école, nos enfants apprennent les limites de la Terre et planchent sur les questions de durabilité, mais nos autorités encouragent les élèves à partir en avion pour le moindre camp d’études. Vous avez dit «injonction contradictoire»? Et pour ses services, l’État de Vaud génère des pratiques de dumping, en sous-traitant la gestion de la restauration (voir l’affaire Eldora) ou les services de nettoyage.

Notre «liberté» se construit ainsi sur une pléthore de choix résultant de l’irresponsabilité de nos élus et de leur manque de courage politique. Or, chaque individu ne saurait gérer l’ensemble de la chaîne de valeurs de tous les produits et services qui lui sont proposés.

La plupart d’entre nous souhaitons bien faire, mais l’excès d’offres en tout genre nous incite à diminuer nos exigences et, par fatigue ou par ignorance, à éroder nos propres convictions et notre responsabilité.

Des règles communes et garanties par le droit peuvent parfois être perçues comme des contraintes: en réalité, elles ne représentent que la base nécessaire du vivre-ensemble. Mieux, ces règles garantissent la possibilité pour notre liberté de s’émanciper des faux choix auxquels on nous relègue. Ainsi, notre liberté ne devrait pas s’épuiser dans des actions qui nous dégradent, nous-même, autrui ou la biosphère.

Créé: 24.02.2020, 06h43

Philippe Somsky, municipal au Mont-sur-Lausanne.

Articles en relation

«Les individus qui me sabotent, je m’en sépare»

Conflit du travail Cinq ex-cadres d’Eldora, société rolloise de restauration, dénoncent le «management de la terreur initié par le directeur Andrew Gordon». Lequel nie, tout en admettant sa «dureté». Plus...

Les cantines d'Eldora au menu du Grand conseil

Conflit syndical Le géant de la restauration collective, aux prises avec le syndicat d'UNIA autour d'un litige dans un restaurant de Ballaigues, est l'objet d'une interpellation d'un député socialiste. Il veut savoir quels sont les contrôles de l'Etat. Plus...

«Même condamnée, la société Eldora s’obstine»

Ballaigues Des salariés dénonçaient des «humiliations» et des licenciements abusifs. Un vient de gagner en justice. Le groupe fera recours. Plus...

«L’entreprise Eldora refuse le dialogue social»

Ballaigues Des salariés dénoncent des «intimidations» de leur supérieur. L’entreprise de restauration dément. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.