Avenir Suisse rêve sans imagination

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avenir Suisse a fait un mauvais rêve.La Suisse, si prudente dans ses choix et ses politiques, se tromperait à treize reprises. Plus exactement, le parlement issu des dernières élections céderait aux injonctions de la demi-douzaine d’initiatives anti-libérales sur lesquelles nous devrons voter. Ce résumé, je l’avoue, est un peu caricatural mais assez fidèle à l’esprit du pamphlet du laboratoire à idées. En soi, rien de choquant. Au contraire. Beaucoup, en Suisse, semblent ignorer que le bien-être social et la prospérité en général du pays sont des acquis fragiles. Que ces mêmes acquis sont sans cesse remis en cause par des initiatives ou projets qui défendent certes le bien commun mais sans toujours en mesurer les conséquences à moyen et long terme. En clair, Avenir Suisse s’en prend aux fausses bonnes idées, comme celle qui consiste à penser qu’un revenu universel inconditionnel serait globalement bénéfique.


Lire l'article: Avenir Suisse imagine le pire pour impressionner le parlement


Les pamphlétaires de la déraison économique échouent pourtant sur un point essentiel. Leur vision cauchemardesque, peu étayée sur le plan scientifique, n’apporte aucune solution. Elle ne fera que conforter les lecteurs dans leurs certitudes partisanes. Dommage! La crise environnementale, le retour du protectionnisme et du souverainisme exigeraient un sursaut intellectuel plus élaboré. Qui aille plus loin qu’une extrapolation exagérée des statistiques ou l’exode improbable de toutes les multinationales. On conçoit qu’Avenir Suisse cherche à simplifier son discours pour se faire comprendre. C’est une démarche classique des lobbies, mais on attendrait d’un laboratoire à idées un peu plus d’imagination, notamment sur les différentes politiques qui permettent à un pays développé de rester compétitif, sans exacerber les inégalités et massacrer la nature. À l’évidence, ce livre n’a ni le poids ni le souffle du fameux «Livre blanc» qui fut à l’origine du think tank libéral et des grandes réformes de la fin des années 90.

Créé: 31.10.2019, 20h23

Pierre Veya

Chef de la rubrique Économie

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Avenir Suisse imagine le pire pour impressionner le parlement

Economie Avenir Suisse anticipe un parlement illibéral. Conseiller national socialiste vaudois Samuel Bendahan réplique. Plus...

Treize scénarios peignent l'avenir de la Suisse en noir

Politique économique Climat, UE, fiscalité… Le «think tank» libéral Avenir Suisse s'est livré jeudi à un passage en revue exhaustif des grandes problématiques du moment. Plus...

Avenir Suisse salue «le dynamisme unique de l'arc lémanique»

Étude Peu de régions se sont autant développées que les cantons de Genève et Vaud ces dernières années, selon le cercle de réflexion libéral. Des EMS aux festivals de musique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.