T’as une belle carrosserie

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est fou à quelle vitesse le regard des gens peut changer. Je viens d’une époque où la voiture faisait rêver, affirmait par le biais de ses chromes et de ses chevaux-vapeur la classe sociale supposée de son propriétaire. Entre le vrai riche qui écornait à peine ses économies pour sa limousine et le prolétaire qui s’endettait en leasing pour se faire plus gros que le bœuf, le style s’affirmait sur quatre roues. L’un exhibait son embourgeoisement conforté par de l’espace et du silence, l’autre sa prétendue puissance à coups de vitesse et de ronflements de moteur, les troisièmes leur nouveau statut de parents au volant d’un monospace bardé d’autocollants, d’autres enfin se voulaient aussi anticonformistes que la couleur pétard de leurs tôles.

Mais ça, c’était avant. Avant que le réchauffement climatique entre enfin dans la conscience des gens, avant la grève des jeunes, avant les images de fonte de la banquise ou d’incendies en Australie, avant les parties de tennis dans des halls de banque validées par la justice.

Maintenant, le type de ton véhicule dit quel criminel tu es ou non pour la planète. Si tu as assez d’argent, une marque électrique américaine permet toujours de montrer que t’es là, mais avec bonne conscience. Ça va vite, ça pose son homme (en général, c’est un homme...) et peu importe que des Africains meurent pour extraire les terres rares de tes batteries et que ton courant soit nucléaire, tu es pardonné.

Mais si, avec le même argent, tu penses toujours que le fait que tu ais un chalet à Crans-Montana te donne le droit d’aller toute l’année au travail ou amener les enfants à l’école dans ton 4x4 hypermotorisé, tu te trompes. Même si tu argumentes qu’il y a dix ans, un jour la rampe d’accès au garage n’avait pas été déneigée quand tu es arrivé à Noël... Entre ces deux extrêmes, certains te regarderont quand même d’un sale œil pour le simple fait d’habiter un endroit mal desservi par les transports publics et d’estimer que tu as besoin de quatre roues et d’un peu d’essence.

Et que dire de ceux qui ont une carrosserie type SUV même s’ils ont fait attention à la taille et à la consommation de leur engin? Exemple vécu avec une automobile dont le coffre volumineux, la consommation modeste du moteur de 1400 cm³ et l’émission retenue de CO2 (étiquette A) avaient convaincu l’auteur de ces lignes qui n’avait pas percuté, alors, que la forme un peu carrée de son engin allait lui attirer regards furibards et remarques acerbes des nouveaux chevaliers blancs. Pourtant, je trie mes déchets, je composte, j’achète bio, je prends aussi les transports publics… Désolé.

Créé: 17.01.2020, 23h23

David Moginier, journaliste rubrique Culture.

Articles en relation

Les salaires des soignants seront revus à la hausse

Secteur parapublic de la santé Un accord a enfin été conclu pour appliquer la revalorisation salariale, après des mois de négociations houleuses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.