Passer au contenu principal

Un cadeau pour les actionnaires plutôt que pour l’emploi

David Payot, candidat popiste à la Municipalité de Lausanne, explique dans le détail pourquoi il faut s'opposer à la RIE3.

La troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE3) fait valser les chiffres. L’un d’eux peut surprendre: le Conseil d’Etat propose de baisser les impôts de toutes les entreprises, pour éviter le départ de sociétés à statuts spéciaux. Ces sociétés rapportent actuellement 371 millions d’impôts au canton; la baisse fiscale nous coûterait 390 millions, sans compter quelques centaines de millions de pertes qui se discutent à Berne. Au final, pourquoi une réforme qui coûte plus cher que ce que ces entreprises rapportent?

La réponse officielle est: pour sauver des emplois. Est-ce en baissant l’impôt sur le bénéfice que l’on favorise l’emploi? Une entreprise n’embauche pas des employés parce qu’elle fait des bénéfices. Elle engage lorsque des travailleurs supplémentaires permettent de réaliser des bénéfices supplémentaires.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.