Passer au contenu principal

Ne faisons pas du CBD un produit du tabac

Grégoire Vittoz dénonce un coup de marketing. Car faut-il vraiment le fumer pour l'absorber?

Le cannabis CBD est un produit phare de l’année 2017: succès fulgurant dans les commerces qui le proposent et présence médiatique importante. Certains lui attribuent les effets bénéfiques de cette plante sans le THC qui fait planer et qui lui conférait jusqu’ici son caractère illégal. Même si l’on en sait encore peu sur le sujet, le CBD semble avoir, par exemple, des effets relaxants ou antidouleur dans certaines circonstances.

A ce jour toutefois, le CBD pose aussi un gros problème de santé de par son mode de consommation le plus courant: à côté des gouttes et autres tisanes, l’immense majorité des utilisateurs le consomment sous la forme du bon vieux joint, c’est-à-dire additionné de tabac et fumé. Ce mode de consommation ramène à tout ce qu’on reproche à la cigarette traditionnelle: maladies cardio-vasculaires, cancers, BPCO, sans compter le caractère hautement addictif de la nicotine qui amène les fumeurs de cannabis à la dépendance au tabac.

On ne peut donc qu’être consterné par la nouvelle cigarette au CBD que Coop propose désormais dans son assortiment. Si l’on analyse le produit proposé par ce distributeur, il s’agit en fait de cigarettes tout ce qu’il y a de plus normales, additionnées d’un peu de CBD, ce qui permet de les vendre deux fois et demie plus cher.

A 19.90 francs le paquet, on nous offre donc une quantité relative de CBD et le goût d’un joint, mais sans effet psychotrope. On nous offre surtout et avant tout un paquet de cigarettes, avec tous les problèmes de santé qui sont liés à la consommation de ce produit. Les seuls gagnants dans cette affaire sont ceux qui ont compris que le bon produit, proposé au bon prix, au bon endroit et avec une bonne communication connaîtra le succès, même s’il est nuisible à la santé.

Ces personnes ont un nom, ce sont des professionnels du marketing.

Il faut relever un réel talent au partenaire de Coop, une PME suisse qui joue sur tous les codes du genre: proximité, label helvétique, côté start-up sympathique et paquet illustré des inévitables feuilles dentelées à cinq branches, synonymes de rébellion, d’appartenance et de style de vie.

Cette créativité montre une nouvelle fois les défis à relever autour de la commercialisation des substances addictives, qu’elles soient aujourd’hui légales ou pas encore. Et derrière lesquelles on trouve toute une série de problèmes sanitaires que nos rois savent si bien passer sous silence. Des lois doivent donner des limites à cette créativité. Et le CBD, s’il a vraiment les propriétés qu’on lui attribue, mérite mieux que de servir d’argument marketing à la vente de cigarettes.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.