Passer au contenu principal

Le Centre, allié naturel du Conseil d’Etat

Sylvie Villa défend, en candidate, le point de vue de l'Alliance du Centre sur le second tour des cantonales.

Dans cette élection au Conseil d’Etat vaudois, face à deux listes polarisées, j’incarne la troisième voie politique, celle du Centre. Elle repose sur la volonté d’être à l’écoute de tous, car c’est du dialogue que naissent les meilleures idées. Elle se fonde sur la confiance, la bienveillance et la persévérance, autant de valeurs clés pour forger des solutions constructives et porteuses d’avenir. C’est ainsi que j’entends pratiquer le «compromis dynamique» qui fait le succès de notre Conseil d’Etat.

Je m’engage pour une société vaudoise encore plus inclusive dont tous les habitants profitent. Si nos start-up ont une visibilité mondiale réjouissante, je veux encourager tous ces commerçants, exploitants agricoles et entrepreneurs qui prennent des initiatives remarquables et génèrent tant d’emplois. L’accès au crédit doit être facilité, les démarches simplifiées, les exigences financières de l’administration assouplies.

Je pense aussi à celles et ceux qui désirent subvenir à leurs besoins mais que la rupture économique menace. Ils se débattent dans un silence assourdissant face à des charges de plus en plus lourdes. Les émoluments des poursuites et faillites sont punitifs: une dette de 20 francs ne doit pas coûter 120 ou 150 francs. Des microcrédits ou un fonds d’Etat pourraient remédier à cela. Une baisse de la charge fiscale pesant sur la classe moyenne modeste est aussi indispensable.

Une formation de qualité est la meilleure prévention contre le basculement à l’aide sociale. J’ai moi-même obtenu un CFC d’électricienne avant d’être diplômée ETS, EPFL et IMD. Choisir la voie de l’apprentissage n’est pas un échec ni un choix par défaut. Mais les décrochages sont trop nombreux: le suivi de chaque apprenti et la collaboration entre les partenaires doivent être intensifiés. De même qu’un jeune particulièrement doué ne doit pas sombrer dans la démotivation. Mon expérience d’enseignante et de responsable des écoles d’ingénieurs HES-SO m’a appris qu’il faut notamment apaiser les relations trop souvent orageuses entre Canton, enseignants, parents et élèves.

Je crois profondément aux vertus des échanges intergénérationnels. Nos seniors peuvent s’impliquer au pré- ou parascolaire, nos ados peuvent animer des ateliers de médias sociaux. Ces moments marquent des vies, renforcent le vivre ensemble, mettent l’accent sur la richesse irremplaçable du lien réel (et non virtuel).

Si l’écologie et l’innovation sont aussi des thèmes qui me sont chers, je voudrais surtout dire ici qu’avec l’Alliance du Centre, je m’engage pour une société qui ne laisse personne au bord du chemin. Etre inclusive, créative et constructive: voilà le sens de ma candidature.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.