Le Conseil fédéral, qu’on dit faible, ne l’est pas

L'invitéJacques Neirynck observe le fonctionnement de la Suisse et de son gouvernement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comme la rocade au sein du Conseil fédéral pour donner suite à l’élection de deux conseillères ne fut pas sans peine, le résultat final est curieux. Un vigneron s’occupe de la recherche; une professeure de piano des télécommunications; un médecin de la diplomatie; une juriste de l’armée; un paysan des finances; un économiste de la santé; une traductrice-interprète de la justice.

En parcourant cette liste on éprouve le sentiment qu’une rocade plus adroite eût placé Cassis à la santé, Amherd à la justice, Sommaruga à la formation, Berset aux finances, Sutter à la diplomatie. En effet, il semblerait qu’il soit indispensable de connaître le métier que l’on va gérer. Si on n’y connaît rien, on est à la merci des fonctionnaires du département et en certaines circonstances on se fait rouler par les lobbies extérieurs. On ne gouverne pas, en un mot.

Or c’est bien le but. Sans chef, sans programme préalable, sans équipe ministérielle cohérente, sans majorité parlementaire, le Conseil fédéral n’est pas un gouvernement au sens ordinaire, regroupé autour d’un programme ambitieux. Il gère les affaires courantes et est recruté parmi les personnalités les plus consensuelles, les moins affirmées et, pourquoi pas, les moins compétentes. Quand on n’a pas d’opinion personnelle, on reste ouvert à celles des autres.

La Suisse est ainsi un grand corps sans tête. Il n’y a pas de pilote dans l’avion: non seulement personne ne tient les gouvernes, mais il n’y a même pas de siège prévu. Ce n’est pas nécessaire car il n’y a ni moteur ni gouvernes. Il s’agit d’une sorte de drone plutôt que d’un avion. Il est piloté par des personnes invisibles. Il ne doit ni décoller ni atterrir mais voguer dans l’espace au hasard.

«La Suisse est ainsi un grand corps sans tête. Il n’y a pas de pilote dans l’avion: non seulement personne ne tient les gouvernes, mais il n’y a même pas de siège prévu»

Or, il ne s’écrase jamais. Cela marche mieux que n’importe quel gouvernement centralisé, muni d’un chef, d’un programme et d’une majorité. Car quand personne ne commande, tout le monde obéit. Comme dans une ruche, chacun sait qu’il doit s’affairer et que personne ne le remplacera s’il ne fait pas son travail.

Le pouvoir helvétique est dissous dans la population qui est souveraine. Par voie de conséquence, le Conseil fédéral ne peut exercer le pouvoir suprême. Il doit deviner ce que le peuple veut et le lui proposer. Ce n’est pas une faiblesse du Conseil fédéral puisque cela marche.

N’en est-il pas de même de l’évolution biologique? Elle se dirige au hasard, il n’y a pas de pouvoir organisateur, elle garde les réussites et élimine les erreurs. Elle a fait de nous ce que nous sommes à partir de cellules isolées flottant dans l’océan. Cela a marché et c’est pour cela que la Suisse marche mieux qu’ailleurs. C’est étrange à première vue mais cela vaut la peine d’y réfléchir, de s’en persuader et d’agir en conséquence.

Créé: 08.01.2019, 18h41

Jacques Neirynck, professeur honoraire EPFL, ancien conseiller national et ancien député au Grand Conseil.

Articles en relation

Une femme dirigera l’armée, cette mal-aimée

Conseil fédéral Viola Amherd remplace Guy Parmelin. Une première historique accouchée au forceps. Plus...

Sommaruga et Parmelin ont les cartes en main

Départements Les élections de Keller-Sutter et d'Amherd ouvrent la porte à une rocade des dicastères. Une femme pourrait diriger la Défense. Plus...

Le PDC et le PLR envoient les femmes sur orbite

Élections au Conseil fédéral Le PDC retient Viola Amherd et Heidi Z’graggen pour l’élection du 5 décembre. Le PLR mise sur Karin Keller-Sutter et Hans Wicki. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Image

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.