Le Conseil fédéral et les volutes de l’industrie du tabac

L'invitéRené Knüsel déplore que les sept Sages rejettent l'initiative contre la publicité pour l'herbe à Nicot.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil fédéral rejette l’initiative qui entend protéger la jeunesse contre les méfaits de la publicité pour le tabac («24 heures», 7 décembre). Sa prise de position est d’autant plus inquiétante qu’il ne propose pas de contre-projet.

Ses arguments laissent songeur: l’initiative irait trop loin puisqu’elle équivaudrait à une interdiction totale. L’argument est pour le moins spécieux et conduit forcément à s’interroger sur le rôle et les motivations de l’Exécutif fédéral.

Cette décision met une fois encore en évidence les ambiguïtés du Conseil fédéral, pris en tenaille entre la liberté d’entreprendre et les impératifs de la santé publique. Il est inutile de reproduire ici les chiffres, maintes fois rabâchés, des coûts directs et indirects du tabagisme. Le positionnement des autorités fédérales cherche à ménager des intérêts inconciliables.

La Suisse accueille de très grandes multinationales du tabac sur son territoire. Les retombées en termes financiers et de places de travail ne sont pas négligeables. Soutenir une interdiction de la publicité, même ciblée, risquerait donc de froisser ses responsables. Elle pourrait même inciter ces entreprises à quitter le pays.

Le temps est sans doute venu d’affirmer que, cette fois, c’est le Conseil fédéral qui va trop loin, aveuglé qu’il est par les intérêts économiques. Il est indispensable de protéger nos enfants et nos jeunes contre les méfaits de la publicité pour une pratique fortement néfaste pour la santé publique et pas seulement celle des fumeurs.

Les jeunes constituent un public fragile et plus susceptible qu’aucun autre de se laisser séduire par la publicité pour le tabac, par ailleurs particulièrement manipulatrice. Mais l’avenir de l’industrie du tabac est très dépendant du comportement des jeunes consommateurs, malgré ses dénégations. La carrière dans le tabagisme commence tôt.

«La mission de nos autorités est de veiller au bien-être et à la santé de l’ensemble de la population»

La mission de nos autorités est de veiller au bien-être et à la santé de l’ensemble de la population et pas de préserver des intérêts économiques sur le court terme dont la collectivité doit assumer les conséquences, sur les moyen et long termes.

L’interdiction se justifie du fait que les promoteurs n’assument pas leur responsabilité sociale qui aurait voulu que, de leur propre chef, ils renoncent à toute publicité en direction des publics de jeunes.

Le refus du Conseil fédéral est par conséquent un signal clair et fort que cette initiative est nécessaire pour des questions de santé publique. Tout en reconnaissant les dangers du tabac pour les jeunes, il tergiverse en appelant à développer quelques mesures ponctuelles.

Les Chambres fédérales peut-être mais, le cas échéant le peuple, devront montrer une détermination sans faille en réduisant la marge de manœuvre des cigarettiers.

Créé: 10.12.2019, 07h01

René Knüsel, politologue.

Articles en relation

Le Conseil fédéral rejette l’initiative contre la publicité du tabac

Tabagisme Le Conseil fédéral ne veut pas d’une interdiction absolue de la publicité. La balle est dans le camp du Parlement. Plus...

Une guerre des chiffres envenime le débat sur le tabac

Le Matin Dimanche Emplois, importance du secteur pour l’économie, effets d’une interdiction. De nombreuses données sont mises en avant. Plus...

En Suisse, la consommation de tabac reste élevée

Drogue Dans le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Suisse fait figure de mauvais élève. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.