Un conseiller fédéral Vert? Oui, mais pas tout de suite

La rédactionFlorent Quiquerez ne croit pas à une recomposition immédiate du Conseil fédéral.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis les élections, tous ceux qui raffolent des intrigues et autres surprises ne parlent que de ça: la tentative des Verts d’entrer au Conseil fédéral. Pourtant, dans la Berne fédérale, personne n’y croit vraiment. Mathématiquement, les écologistes ont droit à un siège. La formule magique promet deux fauteuils aux trois plus grands partis, un au quatrième, place désormais occupée par les Verts. De plus, le collège gagnerait en concordance s’il intégrait concrètement la mouvance écologiste. Reste que donner un siège au parti maintenant, dans la foulée de son excellent score, reviendrait à remettre en cause le fonctionnement du système politique suisse et, par là, sa stabilité. Un changement de paradigme risqué.

«Deux fauteuils aux trois plus grands partis, un au quatrième, place occupée par les Verts»

En élisant un Vert à la place du PLR Ignazio Cassis, l’Assemblée fédérale serait rapidement face à deux problèmes. D’abord, il faudrait expliquer aux italophones que la présence de leur minorité historique est moins légitime au sommet du pouvoir que la nouvelle sensibilité écologiste d’une partie de la population. Ensuite cela voudrait dire aussi, par analogie, que chaque percée d’un parti aux élections fédérales pourrait avoir comme conséquence un bouleversement des équilibres gouvernementaux. Avec des ministres débarqués de temps à autre, comme ce fut le cas pour la PDC Ruth Metzler en 2003. Un épisode qui a fragilisé pendant des années le fonctionnement des institutions.

Certes, les partis gouvernementaux, qui font semblant de s’intéresser aux revendications écologistes, cherchent d’abord à préserver leurs acquis – surtout ne rien laisser au petit nouveau –, mais ils savent aussi pertinemment que la situation n’est pas tenable à terme. Les Verts doivent-ils tenter leur chance en décembre, tout en sachant qu’un échec est l’issue la plus probable? Oui. Cela sera-t-il rédhibitoire pour la suite? Non.

Un politique nationale à verdir

L’Assemblée fédérale avait résisté quatre ans face à l’irrésistible ascension de l’UDC avant de lui céder un deuxième fauteuil. Quatre ans, le temps peut paraître long pour les Verts, mais il leur permettrait de confirmer que leurs excellents résultats sont un acquis solide et pas une exception. Mais, surtout, rien n’empêche le Parti écologiste de peser de tout son poids pour verdir la politique du pays durant la prochaine législature. Car le Conseil fédéral, s’il reste à majorité PLR-UDC, ne pourra pas faire passer n’importe quelle réforme dans un parlement plus Vert que jamais. Et c’est bien cela qu’a demandé le peuple le 20 octobre: renforcer les thématiques environnementales sous la Coupole. Rien d’autre.

En Suisse, les citoyens élisent leur parlement, pas leur gouvernement. Un système auquel ils sont attachés, puisque la dernière tentative de faire élire le Conseil fédéral par le peuple – en 2011 – a échoué par plus de 75% de non. Lorsque les Suisses désignent leurs parlementaires fédéraux, ils savent donc pertinemment qu’ils ne sont pas en train de changer la couleur du Conseil fédéral.

Créé: 01.11.2019, 06h54

Florent Quiquerez, rubrique Suisse.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.