Une décision scandaleuse en matière d’égalité salariale

L'invitéeManon Schick, directrice d’Amnesty International Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux cent dix-sept ans. C’est, selon un calcul du World Economic Forum (WEF), le nombre d’années qu’il faudra encore patienter pour atteindre l’égalité salariale entre femmes et hommes au niveau mondial. Inutile de préciser que ni vous ni moi ne serons plus sur cette planète, et que même nos arrière-petites-filles ne recevront sans doute toujours pas le même salaire que nos arrière-petits-fils, à travail pourtant égal.

En matière de participation des femmes à la vie économique, la Suisse ne pointe qu’au 31e rang du classement du WEF. Et notre pays n’a guère de chance d’améliorer son classement, vu la décision du Conseil des États, la semaine dernière, d’enterrer le débat sur la loi sur l’égalité salariale entre femmes et hommes.

Une décision scandaleuse! À l’heure où de nombreux États adoptent enfin des mesures contraignantes pour atteindre l’égalité, la Suisse se permet des atermoiements inacceptables.

La discrimination salariale entre femmes et hommes n’est certes pas la violation des droits des femmes la plus grave, mais elle touche une grande partie des femmes salariées et elle a une forte charge symbolique. Car la valorisation égalitaire de notre travail est essentielle si nous voulons être reconnues par la société comme des travailleuses à part entière, et donc par extension comme des êtres humains munis des mêmes droits que les hommes.

«Les discriminations basées sur le genre existent aussi bien dans une ville suisse que dans un village africain ou une mégapole asiatique»

La liste des discriminations à l’égard des femmes sur cette planète est interminable. Parce que nous sommes des femmes, on nous refuse dans certains pays le droit à l’éducation, l’accès au marché du travail ou la possibilité de divorcer. Parce que nous sommes des femmes, nous sommes victimes de mutilations génitales, de viols comme arme de guerre, de féminicides. Parce que nous sommes des femmes, nous risquons dans certains États la prison pour un avortement clandestin ou même une condamnation à des années de détention pour une fausse couche.

Les discriminations basées sur le genre existent partout sur cette planète, aussi bien dans une ville suisse que dans un village africain ou une mégapole asiatique. C’est une constante dramatique. Parfois, les discriminations sont ancrées dans la loi, comme en Iran, parfois l’égalité des genres est garantie par la Constitution, comme en Suisse, mais la pratique ne suit pas.

Un mépris incroyable

Ne pas reconnaître que c’est là un problème grave, ne pas voir que l’inégalité salariale entraîne d’autres discriminations, ne pas soutenir toutes les mesures pour garantir que nous arrivions enfin un jour à l’égalité, c’est faire preuve d’un mépris incroyable pour celles qui constituent la moitié de la population de notre planète.

Si certains pensent que nous allons attendre bravement 217 ans les bras croisés, ils se trompent. (24 heures)

Créé: 12.03.2018, 16h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...