Le défi climatique est aussi une chance

L’invitéeJacqueline de Quattro déclare sa flamme au développement durable.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La nature nous met face à nos responsabilités. Les catastrophes naturelles qui se sont multipliées ces derniers mois montrent non seulement la nécessité mais aussi l’urgence d’agir. Les études scientifiques révèlent que les changements climatiques extrêmes que nous connaissons se répéteront et gagneront en intensité.

Le réchauffement est la nouvelle réalité de la planète. 2016 a enregistré un record de concentration de CO2. Et les cinq dernières années ont été les plus chaudes depuis le début des mesures de température, en 1864. Il est temps de réduire ces émissions qui mettent en péril la planète.

Les États qui ont signé l’Accord de Paris sur le climat dont la Suisse, il y a deux ans, se sont engagés à contenir le réchauffement global moyen en dessous de 2° centigrades. Or nous en sommes encore loin. Et l’objectif de 100 milliards de dollars par an, promis par les pays développés, n’est pas atteint non plus.

Toute forme d’attentisme coûtera très cher et nous risquons de perdre la bataille du climat, comme l’affirme Emmanuel Macron.

La Suisse a dès lors proposé un objectif de réduction de ses émissions de CO2 d’au moins 30% d’ici à 2030, par rapport au niveau de 1990. Notre pays estime, avec raison, que ce sont les efforts locaux qui feront la différence.

D’autant plus que le territoire helvétique sera de toute façon touché par les dérèglements climatiques. Les glaciers fondent déjà. Les scientifiques s’attendent à ce que les Alpes connaissent même une hausse de la température de 4 degrés. Le climat est l’affaire de tous.

Le Conseil d’État vaudois est également passé à l’action. Il a inscrit dans son programme de législature 2017-2022, placé sous l’égide du développement durable, l’élaboration d’un Plan climat. Nous allons établir un état des lieux, notamment en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Un inventaire des émissions de CO2 est déjà en voie de finalisation. Des mesures de réduction seront ensuite proposées.

Le Plan climat prévoira aussi des plans d’actions sectoriels comme, par exemple, la gestion intégrée des dangers naturels afin de nous adapter aux changements. Il observera enfin l’évolution des températures et mesurera les impacts des actions lancées afin de pouvoir les modifier si la situation l’exige.

Le Conseil d’État vient de donner son feu vert à cette démarche. Il se prononcera l’année prochaine sur une feuille de route. Le projet est ambitieux mais il est à la hauteur des enjeux qui nous attendent.

La nature nous impose de relever le défi climatique. Mais c’est aussi une chance qu’elle nous offre de construire un monde plus durable pour les générations à venir. (24 heures)

Créé: 14.12.2017, 14h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Woody Allen dans la tourmente de l'affaire Weinstein, paru le 20 janvier 2018.
(Image: Vallott) Plus...