Dérèglement climatique: les médecins alarment. Et après?

L'invitéJacques-André Haury souhaite que ses collègues réduisent le gaspillage des ressources dans la médecine occidentale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des médecins, en nombre croissant, alertent sur les dangers que le réchauffement climatique constitue pour la santé. Mon confrère Alain Frei va jusqu’à justifier, dans ce but, les manifestations de rue.

Mais au fond, ces médecins ne font rien de mieux que toutes les autres professions: ils entendent faire pression, en priorité sur «les autorités», pour que les choses bougent; mais ils ne font rien pour que leur activité elle-même produise moins de CO2, cette médecine occidentale dévoreuse d’énergie, grande consommatrice de plastique, grande gaspilleuse de ressources diverses.

«Qui sont les confrères qui lèvent la main pour contester cette croissance perpétuelle?»

Dans un cas d’«urgence» – les médecins sont placés pour le savoir – on établit une priorité. On traite d’abord l’urgent, et le reste doit attendre. C’est le discours qu’on attendrait de médecins préoccupés par le dérèglement climatique, avec des mesures concrètes, touchant d’abord leur propre activité.

Lors de chaque congrès, lors de chaque colloque, les orateurs s’emploient à démontrer qu’il faut faire plus, plus souvent, plus tôt. Qui sont les confrères qui lèvent la main pour contester cette croissance perpétuelle? La smarter medicine constitue un espoir, mais on ne peut pas dire qu’elle soit la priorité de nos facultés de médecine… Et cette démarche ne prend jamais en compte l’énergie consommée ni les déchets produits. Voilà pourtant de nombreuses et intéressantes pistes de recherche. Renoncer parfois à des IRM qui utilisent tant d’énergie? Renoncer à une partie des matériels plastiques à usage unique? Étudier la possibilité de dépasser les dates de péremption des médicaments? – Impossible, la santé n’a pas de prix, en tout cas pas de prix énergétique. Essayez ailleurs!

Ailleurs, c’est freiner la construction de nouveaux bâtiments? – Non, il faut davantage de logements à loyer abordable. Ne plus acheter de SUV? – Il s’agit de mettre ma famille en sécurité.

On pourrait renoncer à patiner sur la glace pendant les mois d’été; ou renoncer aux piscines chauffées pendant les mois les plus froids? – Non, bien sûr, car le sport c’est la santé. Essayez ailleurs.

On pourrait revenir, dans nos écoles, à des manuels qu’on transmet d’une volée à l’autre, plutôt que de multiplier les feuilles volantes et les ordinateurs? – Impossible, investir dans la formation ne se discute pas.

Et voyez même Lausanne: sa majorité Verte et Rose juge urgent d’agrandir un bassin d’eau à Montbenon plutôt que d’investir dans quelques capteurs solaires supplémentaires…

De tous côtés, des voix s’élèvent pour alerter sur le réchauffement climatique, mais c’est toujours des autres qu’on attend la solution. Alors, chers confrères grévistes du climat, soyez plus crédibles que les autres manifestants: après avoir bloqué les rues et applaudi Greta Thunberg, revenez à vos recherches et analysez comment améliorer «durablement» le bilan de votre propre activité.

Créé: 06.02.2020, 06h47

Jacques-André Haury, médecin et ancien député Vert’libéral.

Articles en relation

Climat: les médecins rejoignent la lutte

Environnement Le réchauffement a déjà un impact sur notre santé, répètent les soignants. Ils montent au front, depuis peu. Plus...

S’engager pour le climat, c’est bon pour la santé

L'invité Alain Frei salue l'entrée du corps médical dans la lutte pour une planète viable. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.