L’économie verte, plutôt que l’impasse d’Ecopop

L'invitéeLes Verts maintiendront leur initiative pour une économie verte si les Chambres fédérales dénaturent le contre-projet du Conseil fédéral comme le souhaitent les milieux économiques, explique leur coprésidente Adèle Thorens Goumaz.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Conseil des Etats débat demain du contre-projet du Conseil fédéral à l’initiative des Verts pour une économie verte.

L’initiative demande que la Suisse réduise son empreinte écologique à une seule planète d’ici à 2050, en luttant contre le «tout jetable» et en favorisant une économie plus efficiente et durable. Le contre-projet ne contient, lui, aucun objectif, mais propose des mesures allant dans le bon sens. Il s’agit d’améliorer la gestion des déchets et la revalorisation des matériaux, en particulier pour les plastiques, les métaux, le phosphore et le gravier, de mieux informer les consommateurs sur l’impact environnemental des produits et de permettre l’imposition des normes écologiques pour l’importation de produits nuisant gravement à l’environnement au-delà de nos frontières.

«Nous devons affronter la surexploitation des ressources de manière non idéologique»

Ces mesures sont pertinentes. Elles favorisent les pratiques innovantes et responsables. Elles rendent notre économie plus performante et concurrentielle, en réduisant le gaspillage de matériaux précieux sur notre territoire. Elles ont en outre un impact positif à l’étranger, en agissant sur les produits importés, qui représentent 73% de notre impact environnemental. Il s’agit notamment de protéger les forêts primaires et les zones humides des atteintes liées à la production de bois, d’huile de palme ou de tourbe. En consultation, le contre-projet a bénéficié d’un large soutien, non seulement des entreprises vertes ou des organisations de recyclage, mais aussi des deux principaux commerces de détail suisses, des associations de consommateurs et de la quasi-totalité des cantons.

Pourtant, le travail parlementaire est freiné par une campagne rétrograde d’EconomieSuisse. Le projet qui sera débattu au Conseil des Etats a été largement amputé par rapport à la proposition initiale du Conseil fédéral. La majorité conservatrice de la commission ne veut pas que l’on tienne compte des atteintes à l’environnement causées à l’étranger. Elle s’oppose à une meilleure information des consommateurs et rejette l’amélioration de la traçabilité des produits. Elle refuse même que des conventions d’objectifs soient conclues avec les milieux économiques, alors que les grands distributeurs eux-mêmes y seraient ouverts!

La surexploitation des ressources est un problème grave. Nous devons l’affronter de manière sérieuse et non idéologique, si nous voulons éviter que de fausses solutions, inefficaces voire dangereuses, à l’image d’Ecopop, ne gagnent du terrain auprès des citoyens légitimement inquiets pour l’avenir de notre environnement.

Les Verts se battent pour un contre-projet crédible et mèneront, à défaut, leur initiative pour une économie verte devant le peuple. Parce que nous n’avons qu’une seule planète. Et parce que des solutions pour concilier économie innovante, bien-être de la population et respect de l’environnement existent.

(24 heures)

Créé: 20.11.2014, 13h18

Adèle Thorens Goumaz
Coprésidente des Verts suisses (Image: Philippe Maeder)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...